Go to Contents Go to Navigation

Il est probable que le président Lee réprimande les responsables en poste lors du naufrage du navire

Actualités 25.05.2010 à 10h19

Il est probable que le président Lee réprimande les responsables en poste lors du naufrage du navire

Washington, 24 mai (Yonhap) -- Le président sud-coréen Lee Myung-bak réprimandera probablement certains responsables pour leur échec à prévenir le naufrage tragique d'un navire sud-coréen coulé par une torpille nord-coréenne, a annoncé un représentant du gouvernement le 24 mai.

« Mis à part le fait que la Corée du Nord est responsable du naufrage, je ne pense pas que les personnes qui sont liées (à cette affaire) pourront éviter d'être blamés », a déclaré aux journalistes Lee Jae-oh, président de la Commission de lutte anti-corruption et de défense des droits civiques (ACRC), après un discours à l'université Johns Hopkins.

Le ministre de la Défense Kim Tae-young a déclaré le 24 mai qu'il avait déjà présenté sa démission après le naufrage du Cheonan qui s’est produit à proximité de la frontière maritime avec la Corée du Nord.

Une équipe internationale d'experts civils et militaires sud-coréens, américains, australiens, britanniques et suédois a conclu la semaine dernière que le Cheonan avait été détruit par une torpille tirée par un sous-marin nord-coréen. Quarante-six marins sud-coréens ont été tués.

Le président Lee a demandé à la Corée du Nord de présenter ses excuses et que les personnes impliquées soient punies. Il s’est également engagé à porter l'affaire devant le Conseil de sécurité des Nations unies, à rompre les liens économiques avec la Corée du Nord et à renforcer la capacité de réaction militaire de la Corée du Sud, en coopération avec les États-Unis.

Lee Jae-oh, en visite à Washington pour rencontrer ses homologues de l'Office of Government Ethics ainsi que d'autres fonctionnaires et des chercheurs spécialisés dans les mesures anti-corruption, n'ont pas indiqué quelles seraient les personnes qui devraient rendre des comptes, disant que cette prérogative « appartenait au président. »

« Nous devons établir la discipline dans le système administratif et trouver les moyens permettant de combler les lacunes existantes », a-t-il indiqué.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page