Go to Contents Go to Navigation

Les eaux du barrage frontalier nord-coréen déversées au Sud sans avertissement

Actualités 19.09.2010 à 17h14

Les eaux du barrage frontalier nord-coréen déversées au Sud sans avertissement

SEOUL/CHUNCHEON, 19 sept. (Yonhap) – La Corée du Nord a ouvert sans avertir les vannes de l’un de ses barrages situé le long de la frontière sud-coréenne, relâchant près de 900 tonnes d’eau par seconde dans la rivière en aval, a déclaré un responsable du ministère de l’Unification.

L’an dernier, une telle décharge depuis un autre barrage avait pris la vie de six campeurs sud-coréens. Depuis, la Corée du Nord, qui avait exprimé ses regrets quant à la tragédie, avait promis d’informer le Sud. Ce qu’elle a fait à deux reprises, en juillet dernier.

Un responsable du ministère sud-coréen de l’Unification, chargé des affaires intercoréennes, a déclaré sous le couvert de l’anonymat que le Nord n’a pas informé de la décharge cette fois-ci.

De son côté, l’équipe de sauvetage sud-coréenne a indiqué qu’elle a secouru ce dimanche matin un campeur qui dormait le long de la rivière du côté sud de la péninsule.

Des pluies diluviennes se sont abattues sur la Corée du Nord depuis le début de l’été, inondant habitations, immeubles et terres arables. Et le typhon Kompasu a tué plusieurs dizaines de personnes selon l’agence de presse centrale nord-coréenne, KCNA.

«La quantité d’eau venant du Nord a commencé à augmenter à 19 heures, ce samedi, et a dépassé les 890 tonnes à 22 heures», a déclaré Kim Byeong-rim, un responsable de la Korea Hydro & Nuclear Power Co. LTD, compagnie nationale des eaux sud-coréenne. Le flux normal des eaux le long de cette rivière du côté Sud est généralement inférieur à 500 tonnes.

«Nous ne savons pas si le gouvernement nord-coréen nous a informé à propos de la décharge des eaux», a-t-il indiqué, ajoutant qu’une moyenne de 550 à 600 tonnes d’eau se sont écoulées du Nord depuis samedi soir.

Un autre responsable désirant rester anonyme a annoncé que les militaires sud-coréens on averti les autorités d’une montée subite des eaux suivant l’ouverture des vannes du barrage d’Imnam, au Nord.

La Corée du Sud a en effet commencé à construire une série de barrages frontaliers pour faire face au débit irrégulier des eaux provenant de son voisin.

Cet incident intervient alors que les deux pays sont toujours techniquement en guerre. Aucun armistice n’a été signé depuis la fin des hostilités de 1953. Et les relations entre les deux parties de la péninsule coréenne passent l'une des pires périodes dans leur histoire depuis qu’un navire de guerre sud-coréen a coulé en mai dernier, torpillé par la Corée du Nord selon les résultats de l'enquête sud-coréenne menée par des experts multinationaux.

aurore@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page