Go to Contents Go to Navigation

Bahk s'attend à une reprise de l'économie coréenne au T2

Actualités 26.02.2012 à 15h07

Bahk s'attend à une reprise de l'économie coréenne au T2

MEXICO, 25 fév. (Yonhap) -- Le ministre des Finances sud-coréen Bahk Jae-wan a affiché ce samedi son optimisme à propos de la croissance de l’économie sud-coréenne pour le deuxième trimestre de l’année alors qu'il est actuellement en visite à Mexico pour assister à la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20.

«J’espère que l’économie sud-coréenne touchera le fond au premier trimestre et entrera sur la voie de la reprise au deuxième trimestre», a déclaré Bahk au cours d’une interview accordée à Bloomberg tenue dans un hôtel de Mexico en marge de la réunion du G20.

Ses perspectives optimistes sont basées sur une éventuelle résolution de la crise de la dette souveraine en Europe, la mise en place d’un accord de libre-échange avec les Etats-Unis et la décision de Séoul de débloquer 60% de ses dépenses publiques au cours de la première moitié de l’année.

Ceci dit, le ministre sud-coréen a fait part de ses inquiétudes sur la flambée des cours internationaux du pétrole qui pourrait avoir des impacts négatifs sur la croissance économique. «Les prix du pétrole ont de grandes répercussions sur l’ensemble de l’économie. Contrôler le plus possible l’inflation, c’est une priorité du gouvernement», a affirmé Bahk.

Le ministre a également cité l’abondance des liquidités sous l’effet de l’apaisement quantitatif comme l'un des facteurs qui pourraient accentuer l’inflation.

«Il n’y a pas que la hausse des prix du pétrole mais aussi l’apaisement quantitatif dans les principaux pays, comme les Etats-Unis, les pays européens et le Japon. […] Etant donné qu’il y a une abondance des liquidités dans le monde entier, il y a aussi des pressions inflationnistes venant de l’extérieur.»

En outre, Bahk a indiqué que les discussions avec les banques centrales des pays développés sur les moyens permettant de mitiger les instabilités sur les marchés obligataires locaux seraient achevées au cours de la première moitié de l’année et qu'il chercherait des mesures similaires avec les banques des pays émergents. Il n’a cependant pas dévoilé de manière concrète quel genre de mesures sera mis en place.

A propos des éventuelles régulations supplémentaires sur les flux de capitaux, Bahk a simplement noté : «Nous envisagerons également quelques options pour améliorer les dispositifs de sécurité sans pour autant ajouter la charge sur les investisseurs», tout en ajoutant que «nous ne projetons pas de les mettre en place immédiatement.»

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés de l’actualité
Les plus appréciés
Les plus ajoutés
more
more
more
Accueil Haut de page