Go to Contents Go to Navigation

Législatives 2012 : le PDU projette d’organiser un sommet intercoréen régulier

Actualités 01.03.2012 à 16h18

Législatives 2012 : le PDU projette d’organiser un sommet intercoréen régulier

SEOUL, 01 mars (Yonhap) -- Le principal parti de l’opposition, le Parti démocrate unifié (PDU), a annoncé ce jeudi sa stratégie politique vis-à-vis de la Corée du Nord composée de trois principaux volets et dix projets à mener dans le futur. Il s’agit de politiques visant à éliminer l’ambiance de la guerre froide autour de la péninsule coréenne à travers l’établissement de relations diplomatiques entre la Corée du Nord et le Japon.

L’essentiel de ces trois politiques se base sur l’établissement d’un régime de paix dans la péninsule coréenne à travers la reconnaissance croisée des quatre grandes puissances pour les deux Corées en signant un accord de paix avec la Corée du Nord, sur l’ouverture de l’économie du Nord vers la Chine, la Russie et même l’Europe en se basant sur l’union des économies des deux Corées et sur le renforcement de la diplomatie de coopération en Asie du Nord-Est.

Pour la réalisation de ces points stratégiques, le PDU propose d’organiser une réunion intercoréenne des Premiers ministres afin d’appliquer les compromis du sommet intercoréen du 15 juin 2000 et de former une commission spéciale pour les dialogues intercoréens entre les deux Parlements. La stratégie visera la reprise des pourparlers à six, la signature d’un accord de paix, la création d’une structure militaire intercoréenne afin d’éviter les affrontements hasardeux et la réduction des arsenaux militaires.

Dans le but d’appliquer ces politiques avant que le parti d’opposition ne prenne le pouvoir, le PDU va élaborer un plan qui précisera la feuille de route pour la stratégie de paix dans la péninsule coréenne. Une fois au pouvoir, il tentera d’organiser un sommet intercoréen sur une base régulière. La présidente du PDU, Han Myeong-sook, a déclaré ce jeudi devant les journalistes que «la paix perdue, la disparition du dialogue intercoréen, l’abandon de la problématique nucléaire nord-coréenne, l’inertie sur la sécurité nationale et la dépendance aggravée de la Corée du Nord vis-à-vis de la Chine sont cinq échecs politiques de l’administration Lee».

A ce propos, l’ancien Premier ministre, Lee Hae-chan, a conclu que les politiques à l’égard de la Corée du Nord de l’administration Lee sont un «échec total» et, pour une gestion stable de la géopolitique autour de la péninsule coréenne, «il faut une normalisation des relations intercoréennes avec une reprise immédiate des dialogues intercoréens».

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page