Go to Contents Go to Navigation

Park Geun-hye défend le coup d’Etat militaire de son père en 1961

Actualités 16.07.2012 à 16h36

Park Geun-hye défend le coup d’Etat militaire de son père en 1961

SEOUL, 16 juil. (Yonhap) -- Park Geun-hye, la grande favorite à l’investiture du Parti Saenuri pour l’élection présidentielle de décembre prochain, a pris la défense ce lundi de son père, Park Chung-hee, en cherchant notamment à justifier son coup d’Etat militaire de 1961, tout en offrant des excuses aux victimes de l’autocratie qui a suivi cet événement historique.

Park père s’est emparé du pouvoir par la force pour dominer sur le pays d’une main de fer en tant que président jusqu’en 1979, année de son assassinat par le chef du service de renseignement de l’époque. Les opinions à son égard sont partagées, les conservateurs le louant pour avoir mené le développement économique de la Corée du Sud et les détracteurs le qualifiant sèchement de «dictateur».

L’héritage laissé par son père sera sans aucun doute un sujet important de la campagne de Park Geun-hye visant à s’emparer de la magistrature suprême. «Je pense que mon père décédé a fait les bons choix dans une situation inévitable», a-t-elle estimé lors d’un débat organisé par une association de journalistes, en insistant que son père est celui qui a construit les bases du développement économique du pays à partir des cendres de la guerre de Corée pour en faire la quatrième économie du continent asiatique.

Le coup d’Etat doit être jugé par le peuple et l’histoire, a-t-elle toutefois admis, en demandant pardon aux Sud-Coréens qui ont souffert dans le passé sous le régime autocratique de son père. Les commentaires de Park à propos de son père ne diffèrent pas vraiment de ceux de 2007. Au cours de la campagne présidentielle précédente, elle avait décrit le coup d’Etat comme «une révolution qui a sauvé la nation».

La «reine des élections» est aussi connue pour être opposée au démantèlement des grands groupes industriels contrôlés par des familles, appelés «chaebols» en Corée. Selon elle, l’appel du Parti démocrate unifié (PDU) à la désintégration de ces conglomérats «n’est pas désirable pour notre économie».

Park est convaincue que les grands groupes et les petites et moyennes entreprises doivent et peuvent croître ensemble de façon harmonieuse en se créant des opportunités équitables et que la démocratie économique doit être mise en place de sorte à empêcher les abus de la part des chaebols dans leurs domaines d’activités respectifs.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page