Go to Contents Go to Navigation

L'alphabet coréen adopté aux Iles Salomon

Actualités 09.10.2012 à 14h38

L'alphabet coréen adopté aux Iles Salomon

SEOUL, 09 oct. (Yonhap) -- Alors que l’alphabet coréen à remporté la semaine dernière les World Alphabet Olympics, les provinces de Guadalcanal et de Malaita aux Iles Salomon ont décidé d’instaurer le Hangeul comme méthode de transcription de leurs langues respectives, ont indiqué aujourd’hui le Center for Humanities Information de l’université nationale de Seoul (SNU) et le Global Compact Network Korea, deux organisations qui aident des tribus étrangères à utiliser l’alphabet coréen.

Ces deux provinces ont décrété le Hangeul comme alphabet officiel et des professeurs locaux parlant couramment le coréen ont débuté lundi 1er octobre des cours pour enseigner cet alphabet dans une école de chaque province en se servant de manuels rédigés par la SNU. Cette dernière affirme que le programme d’apprentissage devrait s’étendre à plusieurs établissements scolaires, dont des écoles primaires, dans la deuxième moitié de 2013 pour ensuite être appliqué dans le pays tout entier en cas de succès.

Après leur indépendance de l’empire colonial britannique en 1978, les Iles Salomon ont fait face à des difficultés en termes de communication puisque les 70 tribus du pays utilisent des langues différentes et seulement 2% de la population parle l’anglais, la langue officielle.

«Les Iles Salomon ont déjà tenté d’enseigner leurs langues en se servant de l’alphabet anglais mais le programme s’est arrêté il y a longtemps à cause de difficultés financières et pour d’autres raisons», a expliqué Lee Ho-young, professeur à la SNU qui dirige le projet de diffusion du Hangeul. «Le gouverneur de Guadalcanal et de d’autres provinces ont activement poursuivi les efforts d’introduction de l’alphabet coréen.»

C’est la deuxième fois que des tribus étrangères adoptent le Hangeul comme système d’écriture, après la tribu minoritaire Cia-Cia en Indonésie en 2009. Ce programme s’est soldé par un échec puisque selon les entités sud-coréennes chargées de l’exploitation du seul et unique centre d’enseignement du coréen de la tribu, l’institut Roi Sejong, a fermé ses portes en août, seulement sept mois après son ouverture à Bau-Bau pour cause de problèmes financiers et malentendus avec la municipalité de la ville.

lucie@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page