Go to Contents Go to Navigation

Le poète Ahn Do-hyun coupable de diffamation au préjudice de la présidente Park

Actualités 07.11.2013 à 15h59

JEONJU, 07 nov. (Yonhap) -- Renversant l’acquittement prononcé par le jury, la Cour du district de Jeonju a jugé ce jeudi le célèbre poète Ahn Do-hyun coupable d’avoir diffamé la présidente Park Geun-hye à l’approche de l’élection présidentielle de l’année dernière en affirmant que la chef de l’Etat a été impliquée dans une affaire de vol.

Ahn a été reconnu coupable d’avoir posté des messages sur son compte Twitter à 17 reprises avant le scrutin du 19 décembre 2012 accusant Park, à l’époque candidate de la majorité, de posséder des reliques dérobées qui appartenaient à Ahn Joong-geun, une grande figure historique connue pour avoir combattu pour la liberté de la péninsule coréenne il y a près d’un siècle lors de la période coloniale japonaise.

Le poète a été coprésident du siège de campagne du principal candidat à la présidentielle de l’opposition, Moon Jae-in. Il s’est vu infliger une amende d’un million de wons (943 dollars) pour avoir violé les lois électorales du pays. Cependant, la Cour a estimé qu’Ahn n’a pas répandu de fausses informations.

La décision de justice d’aujourd’hui va donc à l’encontre du verdict de non culpabilité qui a été rendue à l’unanimité par sept jurés le 28 octobre. Un système de jury, limité à certaines affaires, a été introduit dans le pays pour la première fois en 2008 afin d’impliquer davantage les citoyens dans le processus juridique. Le système peut être appliqué lorsque la personne jugée en fait la demande auprès du tribunal. Toutefois, c’est l’appareil judiciaire qui conserve le dernier mot.

Toute de suite après l’énoncé du verdict, Ahn a réagi en disant qu’il fera appel. «J’ai l’impression d’être un papillon pris dans une toile d’araignée tissée par un groupe de juges», a aussitôt confié Ahn à des journalistes.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page