Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(4e LD) Déclaration d’Abe : pas d'excuses pour le passé colonial

Actualités 14.08.2015 à 21h28

TOKYO/SEOUL, 14 août (Yonhap) -- Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a parlé d'excuses faites «dans le passé» dans sa déclaration publiée à l'occasion du 70e anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Abe a dit dans la déclaration que le Japon a exprimé des excuses sincères et réflexions vives à plusieurs reprises sur ses actions commises pendant la guerre.

Il a en outre mentionné la domination coloniale et l'invasion mais sans spécifier qu’il s’agissait d’actes du Japon.

«La guerre, l'invasion, la menace et l'emploi d'une force armée ne doivent plus jamais être utilisés comme des moyens de résoudre les conflits internationaux», a-t-il affirmé. «Il est obligatoire de construire un monde où l'autodétermination de chaque peuple est respectée en se séparant à tout jamais de la domination coloniale.»

«Nous ne devons pas prédestiner nos enfants, petits-enfants et aussi les prochaines générations, qui n'ont rien à voir avec la guerre, à présenter des excuses», a-t-il dit, en ajoutant qu'au Japon, la génération d'après-guerre représente plus de 80% de la population.

Abe a fait référence indirectement aux esclaves sexuelles coréennes et d'autres pays asiatiques pour les troupes japonaises durant la guerre. «Nous ne devons pas oublier qu'il y a eu des femmes derrière les champs de bataille dont l’honneur et la dignité ont été sévèrement blessées.»

Le parti au pouvoir, le Parti Saenuri, a déclaré qu'il est regrettable qu'Abe n'ait pas présenté d’excuses directement. «Notre parti exhortera sans cesse le Japon à montrer des réflexions honnêtes concernant le passé du Japon et des efforts pour réaliser la paix», a souligné le porte-parole du parti, Kim Young-woo, en ajoutant que le fait d’avoir mentionné les excuses et réflexions du passé, même indirectement, est quand même significatif.

L’Alliance de la nouvelle politique pour la démocratie (ANPD), la principale force de l’opposition, a critiqué la déclaration d'Abe en disant qu'il n'existe pas de réflexions et d'excuses sincères. «La déclaration est une fuite de la responsabilité en tant qu'agresseur de l'invasion et de la domination coloniale», a déclaré le porte-parole de l'ANPD, Kim Sung-soo.

La société civile a également fortement critiqué la déclaration d'Abe. «Cette déclaration se référant au temps passé ne constitue pas des excuses», a déclaré un responsable d'un groupe civique.

Des experts des relations Corée du Sud-Japon ont déclaré qu'il est regrettable qu'Abe ait évité de présenter des excuses directement, mais cette déclaration ne devrait pas être un facteur nuisible pour les liens bilatéraux, car les attentes de la Corée du Sud à propos du discours d'Abe n'étaient pas élevées.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page