Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) L'armée maintient son alerte maximale malgré la prochaine réunion intercoréenne

Actualités 22.08.2015 à 19h22

SEOUL, 22 août (Yonhap) -- L'armée sud-coréenne maintient son alerte maximale et sa surveillance des mouvements de l'armée nord-coréenne pour faire face à une éventuelle provocation nord-coréenne, malgré la réunion intercoréenne de haut niveau qui a débuté à 18h30 ce soir à Panmunjom, a-t-on appris ce samedi auprès de sources multiples.

En particulier, le Comité des chefs d’état-major interarmées (JCS) a relevé d’un cran le niveau de surveillance de la Corée du Nord, appelé «Watchcon», au niveau 2, après avoir discuté avec le Commandement des forces combinées Corée du Sud-Etats-Unis. Il s’agit du deuxième relèvement du «Watchcon» en deux jours. «Nous avons relevé le Watchcon du niveau 3 au niveau 2 afin de surveiller étroitement les mouvements de l’armée nord-coréenne et faire face à une éventuelle provocation», a indiqué une source de l’armée. «Le nombre d’agents qui analysent les renseignements liés à la Corée du Nord a aussi été considérablement augmenté», a-t-il précisé.

«L'armée a décidé de maintenir l'alerte maximale déclarée le 20 août dernier, jour où l'armée nord-coréenne a procédé à des tirs d'artillerie», a déclaré un autre officiel de l'armée. «Comme l'armée nord-coréenne peut effectuer une provocation même lors de la réunion intercoréenne, nous nous tenons totalement prêts à faire face à toute éventualité», a-t-il ajouté.

Le Watchcon 2 est décrété en cas de menace vitale, entraînant une mobilisation importante des moyens de surveillance, comme les satellites espions et les drones, et des agents de renseignement. Le Watchcon, qui comporte quatre niveaux d’alerte, est maintenu au niveau 4 en temps de paix et est relevé d'un cran en cas de menace importante. Le niveau 1 est déclenché en temps de guerre.

La Corée du Nord a de son côté déployé des obusiers tractés à tir direct de 76,2mm dans certaines parties de la Zone démilitarisée (DMZ), d’après une autre source militaire. «Dans des autres régions frontalières, les soldats nord-coréens ont positionné leurs artilleries prêtes à tirer en les sortant des tunnels, d’après nos observations», a précisé un responsable des autorités militaires..

«Il a également été observé que les armées nord-coréennes ont effectué des exercices de tir après avoir placé en position leurs artilleries», a-t-il poursuivi. «Notre armée surveille un par un ces mouvements des troupes nord-coréennes. Nous connaissons quasiment toutes leurs activités», a affirmé le responsable.

Par ailleurs, l'armée sud-coréenne continuera à diffuser des messages anti-Nord via les haut-parleurs installés sur le front. «La diffusion de messages anti-Nord est une contre-mesure prise suite à l'attaque par mines de l'armée nord-coréenne qui s'est produite le 4 août dernier». «Nous continuerons à diffuser des messages à moins que le Nord ne prenne des mesures responsables». Lors d'une allocution télévisée prononcée hier, le ministre de la Défense Han Min-koo a souligné que la campagne anti-Pyongyang «constitue une contre-mesure méritée», prise en réponse aux provocations nord-coréennes par le biais de mines.

Peu de temps après les tirs d'artillerie, le Nord a demandé dans une lettre adressée au ministère sud-coréen de la Défense le démantèlement des haut-parleurs, jusqu'à 17h ce samedi, faute de quoi il a menacé d'entamer une action militaire. Pyongyang avait même évoqué une «guerre totale», ce qui a exacerbé la tension sur la péninsule coréenne.

Suite à l’exacerbation des tensions, le chef d’état-major interarmées Choi Yoon-hee et son homologue américain Martin Dempsey se sont entretenus ce matin par téléphone. Ils ont décidé de répondre fermement en cas de nouvelle provocation nord-coréenne en vertu de l'alliance entre les deux pays.

«Les chefs d’état-major interarmées sud-coréen et américain ont évalué ensemble la situation actuelle sur la péninsule coréenne et ont convenu de chercher divers moyens pour dissuader le Nord de procéder à de nouvelles provocations, à travers une étroite coopération», a fait avoir le Comité des chefs d’état-major interarmées (JCS).

Dempsey a de son côté souligné que «les Etats-Unis sont prêts à apporter tout le soutien nécessaire au maintien de la paix et de la sécurité de la République de Corée en cas d’urgence sur la péninsule coréenne».

Pyongyang a proposé hier de manière inattendue une réunion de haut niveau et le bureau présidentiel sud-coréen a annoncé cet après-midi que les deux Corées ont convenu de tenir à 18h ce soir à Panmunjom une réunion entre le chef du bureau de la sécurité nationale Kim Kwan-jin et le ministre de l’Unification Hong Yong-pyo, côté sud-coréen, et le chef du bureau politique général de l’Armée populaire de Corée (APC) Hwang Pyong-so et le secrétaire du Parti du travail Kim Yang-gon, côté nord-coréen.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page