Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) La tenue d’un sommet trilatéral entre Séoul, Pékin et Tokyo se rapproche

Actualités 02.09.2015 à 21h35

SEOUL, 02 sept. (Yonhap) -- Un des grands résultats du sommet entre la présidente Park Geun-hye et le président chinois Xi Jinping a été la décision d’organiser un sommet trilatéral avec leur homologue japonais Shinzo Abe, qui pourrait aboutir à une amélioration des relations entre les trois voisins, qui s’opposent sur des questions historiques et territoriales.

Par et Xi ont convenu lors de leur rencontre d’organiser le sommet trilatéral «en Corée du Sud à un moment mutuellement opportun, notamment vers la fin du mois d’octobre ou au début du mois de novembre», selon Cheong Wa Dae, le bureau présidentiel.

Cette annonce n’est cependant pas une grande surprise car la Corée du Sud, en tant qu’organisatrice du processus de coopération trilatérale, cherchait à organiser une telle rencontre avant la fin de l’année. Le dernier sommet trilatéral de haut niveau a eu lieu en 2012.

La Chine et le Japon sont impliqués dans un conflit territorial autour des îlots Senkaku, entre autres. La Corée du Sud refuse elle un sommet bilatéral avec le Japon tant que le Premier ministre japonais Shinzo Abe ne prendra pas des mesures pour régler le problème de l’esclavage sexuel des femmes coréennes lors de la Seconde Guerre mondiale.

Selon le bureau présidentiel, Xi a remercié la présidente pour ses «efforts actifs» envers la normalisation de la coopération trilatérale.

Washington, qui cherche à renforcer sa coopération trilatérale avec ses deux alliés asiatiques afin, entre autres, de contenir l’hégémonie de la Chine, pousse Séoul et Tokyo à se réconcilier.

La Chine s’était jusqu’à présent montrée réservée quant à la tenue d’un tel sommet entre les trois pays. Le consentement de la Chine à l’organisation de la rencontre pourrait être le fruit des efforts diplomatiques sud-coréens.

Certains experts ont relevé un possible changement du paysage diplomatique régional. «Le fait que la Corée du Sud et la Chine se rapprochent plus que jamais pourrait marquer le début d’un nouvel alignement entre les «triangle du sud» et «triangle du nord» », selon une source diplomatique anonyme. La Corée du Sud, le Japon et les Etats-Unis forment le «triangle du sud», le «triangle du nord» étant formé par la Corée du Nord, la Chine et la Russie. La source a cependant noté que la coopération trilatérale avec les Etats-Unis et le Japon restera le garant de la sécurité en Corée du Sud.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page