Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Park et Abe d'accord pour accélérer les discussions sur les anciennes esclaves sexuelles

Actualités 02.11.2015 à 13h32

SEOUL, 02 nov. (Yonhap) -- La présidente Park Geun-hye et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont convenu ce lundi d’accélérer les négociations en vue de résoudre dans les meilleurs délais la question des anciennes esclaves sexuelles coréennes, a fait savoir le conseiller de la présidente aux affaires étrangères Kim Kyou-hyun.

Cet accord est parvenu lors du premier sommet Corée du Sud-Japon en plus de trois ans qui s'est déroulé aujourd'hui au bureau présidentiel, à Séoul.

«Les deux dirigeants se sont mis d’accord pour accélérer les consultations en vue de résoudre rapidement la question des "femmes de réconfort"», a déclaré Kim, en faisant référence aux anciennes esclaves sexuelles. Park a noté que la question était «le plus grand obstacle» aux relations bilatérales.

Le bureau présidentiel n’a toutefois pas donné de calendrier précis pour une nouvelle série de réunions sur les anciennes esclaves.

Séoul et Tokyo se sont récemment rencontrés dans le cadre de la neuvième réunion de travail sur ce sujet, mais celle-ci n’a pas produit de progrès importants.

Les relations Séoul-Tokyo demeurent tendues notamment à cause du refus de Tokyo de réparer ses erreurs commises pendant sa colonisation de la péninsule coréenne (1910-1945). Séoul exige que Tokyo présente des excuses et des indemnisations aux anciennes esclaves sexuelles sud-coréennes.

Le Japon a refusé jusqu’à présent de répondre à cette demande, soulignant que ces victimes appelées par euphémisme «femmes de réconfort» ont été recrutées par des civils et le gouvernement japonais de l’époque n’était pas directement impliqué.

La résolution de cette question est de plus en plus pressante comme il ne reste plus que 47 victimes en vie aujourd’hui dont l’âge moyen s’élève à près de 90 ans.

Des historiens estiment que près de 200.000 femmes, coréennes pour la plupart, ont été forcées à se prostituer dans des bordels de l’armée japonaise au cours de la Seconde Guerre mondiale.

«Je souhaite que la réunion d’aujourd’hui devienne une réunion sincère pour soigner les cicatrices douloureuses de l’histoire et une opportunité précieuse pour développer les relations bilatérales», avait déclaré Park avant d'entamer la réunion. «Je pense que la confiance est la chose la plus importante en diplomatie», avait-elle également souligné.

Abe a fait part de son plan de faire «des efforts pour établir une nouvelle ère de relations futuristes entre le Japon et la Corée du Sud» en se basant sur les progrès réalisés dans les relations bilatérales durant ces 50 dernières années.

Ils se sont entretenus pendant 100 minutes dans le cadre d'une réunion en tête-à-tête qui a été suivie d'un sommet élargi, a précisé le bureau présidentiel.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page