Go to Contents Go to Navigation

Les spams reçus récemment au Sud ont été envoyés depuis la Chine

Actualités 18.01.2016 à 17h10

SEOUL, 18 jan. (Yonhap) -- La police a révélé ce lundi que l’adresse IP (Internet Protocol) à partir de laquelle des courriels non sollicités ont été envoyés récemment à des institutions publiques correspondait à celle qui a été en 2014 à l’origine du piratage informatique contre Korea Hydro & Nuclear Power Co. (KHNP), attribué à la Corée du Nord.

La semaine dernière, les autorités ont déclaré avoir découvert que des organes publics sud-coréens concernés par le récent test nucléaire nord-coréen, comme le bureau présidentiel et le ministère des Affaires étrangères, ont fait l’objet d’un usage frauduleux en devenant des expéditeurs de spams.

«L’adresse IP de l’expéditeur a été confirmée comme étant basée à Liaoning en Chine», a déclaré Kang Sin-myeong, le chef de l’Agence nationale de la police lors d’une conférence de presse. «Elle correspond exactement à l’adresse IP qui a été utilisée pour pirater KHNP.»

En 2014 et 2015, un pirate non identifié avait posté en ligne des documents sur des centrales nucléaires locales dont des plans et avait menacé de détruire des installations en exigeant leur fermeture. Selon les résultats d'une enquête, un groupe de pirates nord-coréens aurait été à l’origine de ce piratage informatique.

Cela dit, Kang n’a pas confirmé si le Nord a été ou non derrière l'envoi de spams de la semaine dernière. Il a indiqué qu’il n’y a pas eu de dégâts occasionnés par cet incident comme les e-mails ne contenaient pas de code malveillant.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page