Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Réunion d'urgence pour évaluer la menace du virus Zika

Actualités 02.02.2016 à 11h55

SEOUL, 02 fév. (Yonhap) -- Le virus Zika qui a été déclaré comme une «urgence de santé publique de portée mondiale» par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne constitue pas un défi immédiat pour la Corée du Sud, ont estimé ce mardi les autorités sanitaires.

Lors d’une réunion d’urgence avec des officiels en charge de la santé publique et des experts du domaine, le ministre de la Santé et des Affaires sociales Chung Chin-youb a déclaré que les professionnels sanitaires prendraient toutes les mesures nécessaires pour prévenir la propagation de la maladie dans le pays.

«Les autorités ne commettront pas le genre d’erreur qui a laissé se propager le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV)», a promis le ministre. Cette épidémie, dont le premier cas a été confirmé en mai de l'année dernière, a tué 38 personnes et en a infecté 187 autres dans le pays.

Il a toutefois fait remarquer que, comme les moustiques ne sont pas actifs en hiver, il n’y a presque pas de possibilité de voir le virus Zika causer des problèmes, au moins pour le moment.

«L’attention de Séoul se focalisera sur les moyens de continuer à surveiller attentivement les personnes venant de l’étranger», a noté Chung avant d'ajouter que les gens peuvent mener leurs activités quotidiennes en toute sécurité.

D’autres officiels des Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC) ont précisé que le virus Zika ne pourrait se propager dans le pays avant le retour du temps estival, le virus étant transmis par les moustiques.

Ils ont également rappelé que le gouvernement a déjà désigné le virus Zika comme une maladie infectieuse pouvant être néfaste à la santé publique à la fin du mois dernier et cherche actuellement à mettre en place d’autres dispositifs de protection pour les femmes enceintes et à fournir davantage d’informations pour mieux protéger la population.

Ils ont de même fait part de leur plan de publier un guide plus détaillé de sorte à ce que le public puisse se tenir informé des risques sur la santé.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page