Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul renforcera les partenariats interactifs avec le Moyen-Orient

Actualités 02.02.2016 à 16h21

SEOUL, 02 fév. (Yonhap) -- La Corée du Sud renforcera ses efforts pour améliorer les liens avec le Moyen-Orient et les deux côtés devront faire face à des crises sécuritaires «différentes mais similaires», a déclaré ce mardi le premier vice-ministre des Affaires étrangères Lim Sung-nam.

Tout en essayant de surmonter les conflits avec la Corée du Nord, Séoul essaie de contribuer au traitement de sujets épineux dans l'autre partie du monde.

Lim a souligné que même si les causes et les contextes des problèmes en Corée et au Moyen-Orient sont différents, les solutions pourraient ne pas être très différentes. «Dans le cas de la péninsule coréenne, la clé pour assurer la paix et la prospérité dépend de la capacité de la communauté internationale à apporter un changement dans le calcul stratégique du régime de Pyongyang concernant ses programmes nucléaire et de missiles», a-t-il dit lors de l'ouverture d'un forum annuel à Séoul avec l'Union européenne (UE) sur les questions du Moyen-Orient.

«De même, au Moyen-Orient, je pense que l'élément crucial est de savoir si les actionnaires clés seront capables ou non de redéfinir leurs intérêts stratégiques pour un futur gagnant-gagnant.» Il a dit qu'il n'était pas d'accord avec le concept du soi-disant exceptionnalisme moyen-oriental, non parce qu'il nie la nature unique du Moyen-Orient mais parce qu'il estime que la valeur universelle est d'accorder la priorité au peuple.

«A cet égard, c'est mon souhait sincère que les valeurs islamiques de la tolérance et de la coexistence pacifique se réalisent», a-t-il dit. Lim a ajouté que la Corée du Sud continuerait à renforcer ses partenariats politiques, économiques et culturels avec le Moyen-Orient.

La croissance économique et le développement politique rapides de la Corée du Sud, basés sur des efforts infatigables pour cultiver les ressources humaines à travers l'éducation, peuvent servir comme une «référence de grande valeur» pour le Moyen-Orient, a-t-il noté.

«Dans ce contexte, je pense et souhaite que la Corée et le Moyen-Orient puissent forger des liens forts à travers cette conférence de deux jours», a-t-il dit.

L'ambassadeur Gerhard Sabathil, chef de la délégation de l'UE en Corée du Sud, l'ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan et le ministre yéménite des Affaires étrangères Abdulmalik Al-Mekhlafi figurent parmi les participants de la conférence qui aura lieu jusqu'à demain.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page