Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul soutient l'accord avec le Japon sur l'esclavage sexuel

Actualités 02.02.2016 à 18h23

SEOUL, 02 fév. (Yonhap) -- Le gouvernement a rejeté ce mardi les appels pour que l'accord signé avec Tokyo sur l'esclavage sexuel des femmes coréennes par le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale soit annulé, le qualifiant d' «accord très précieux».

De nombreuses personnes critiquent l'accord signé en décembre, qui a résolu de manière «définitive et irréversible» la question des «femmes de réconfort».

«Le pacte est un accord très précieux car il est le fruit de la détermination des deux nations pour résoudre un de leurs problèmes les plus épineux», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Cho June-hyuck. «Il est important que cet accord soit appliqué de manière sincère.»

Le gouvernement japonais s'est excusé pour ses méfaits et s'est engagé à verser un milliard de yen (8,29 millions de dollars) de fonds public aux victimes encore en vie. Séoul a accepté de mettre une fois pour toute fin à la dispute si le Japon respecte ses engagements.

Certaines femmes de réconfort critiquent le gouvernement pour ne pas avoir fait reconnaître au Japon sa responsabilité légale et pour avoir signé l'accord sans les avoir consultées auparavant.

Le Japon a récemment remis un rapport aux Nations unies niant avoir contraint les femmes coréennes et asiatiques à l'esclavage sexuel.

Le président du parti de l'opposition à l'Assemblée, Lee Jong-kul, a dit ce mardi que le gouvernement est blâmable pour la façon dont il a géré la question de l'esclavage sexuel des femmes coréennes.

«Il est indispensable que le Japon ne fasse pas de remarques et ne prenne pas de mesures qui puissent porter atteinte à l'accord sur les esclaves sexuelles», a noté Cho, interrogé au sujet du rapport japonais remis aux Nations unies.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page