Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le Nord annonce aux agences onusiennes un lancement de satellite entre les 8 et 25 février

Actualités 03.02.2016 à 09h32

WASHINGTON/TOKYO/SEOUL, 02 fév. (Yonhap) -- La Corée du Nord a notifié l'Organisation maritime internationale (OMI) ce mardi d’un lancement de satellite plus tard ce mois-ci, confirmant les inquiétudes répandues selon lesquelles la nation communiste serait prête à un lancement de fusée à longue portée quelques semaines après son quatrième essai nucléaire.

Le Nord a déclaré dans sa lettre à l'OMI qu'un «satellite d'observation de la Terre» serait lancé entre les 8 et 25 février. Il a fourni également les coordonnées de trois zones maritimes où les étages de la fusée devraient retomber.

«Je vous informe avec plaisir de la décision du gouvernement de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) de lancer le satellite d'observation de la Terre "Kwangmyongsong" pour poursuivre le programme de développement spatial national», a déclaré Jon Ki-chol, directeur-général de l'Administration maritime du Nord, dans la lettre.

L'agence de presse japonaise Kyodo avait rapporté plus tôt que le ministre nord-coréen de la Poste et des Télécommunications, Kim Kwang-chol, a également envoyé un message similaire à l'Union internationale des télécommunications (UIT), en disant que le satellite sera de type Kwangmyongsong dont la durée d’exploitation est de quatre ans.

Selon les coordonnées fournies par le Nord, le premier étage de la fusée devrait retomber en mer Jaune, la coiffe en mer de Chine orientale et le deuxième étage en mer des Philippines.

Des images satellite ont montré des activités croissantes sur le site de lancement de Sohae, également connu sous le nom de Tongchang-ri, provoquant des inquiétudes selon lesquelles Pyongyang prépare probablement un test seulement quelques semaines après son quatrième essai nucléaire.

Les annonces du Nord aux agences onusiennes ont confirmé ces inquiétudes. Les Etats-Unis ont averti de réponses fermes si Pyongyang effectue un lancement. «Cette décision entraînerait une action plus forte de la part du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) et de la communauté internationale pour imposer des conséquences réelles pour l'action déstabilisatrice de la Corée du Nord et augmentera le coût à payer à travers d'autres sanctions sévères», a déclaré Daniel Russel, le secrétaire d’Etat adjoint américain chargé de l’Asie de l’Est et du Pacifique, à des journalistes, selon les informations des médias.

Le porte-parole du département d'Etat John Kirby a dit qu'un lancement de satellite serait une violation des nombreuses résolutions du Conseil de sécurité comme cela nécessite les technologies de missiles balistiques interdites au Nord.

«Cette dernière annonce souligne davantage la nécessité pour la communauté internationale d'envoyer aux Nord-Coréens un message rapide et ferme pour montrer que le mépris des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU ne sera pas toléré», a indiqué Kirby dans un briefing régulier.

Le porte-parole présidentiel de la Corée du Sud, Jeong Yeon-guk, a déclaré que le pays observe étroitement la Corée du Nord en prenant les mesures nécessaires pour faire face à cette situation.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page