Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Séoul appelle Pyongyang à annuler son plan de lancement de fusée

Actualités 03.02.2016 à 18h37

SEOUL, 03 fév. (Yonhap) -- La Corée du Sud a exhorté ce mercredi la Corée du Nord à annuler son plan de tirer une fusée en mettant en garde contre le prix à payer en cas de lancement.

La Corée du Nord a notifié hier à l'Organisation maritime internationale (OMI) son plan de lancer «le satellite d'observation de la Terre Kwangmyongsong» entre les 8 et 25 février.

Cho Tae-yong, le premier adjoint du directeur du bureau de la sécurité nationale, a décrit la notification du Nord comme un «défi» à la communauté internationale, en citant les discussions actuellement en cours au Conseil de sécurité des Nations unies en vue de punir la Corée du Nord pour son quatrième essai nucléaire du mois dernier.

«La Corée du Nord doit retirer immédiatement son plan de lancement en prenant conscience du fait que tout lancement utilisant des technologies de missiles balistiques constitue une violation claire des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU», a appelé Cho.

«Nous avertissons fermement que la Corée du Nord payera un prix cher» si elle procède au lancement, a-t-il martelé.

Cho a ajouté que le gouvernement se tiendrait prêt à faire face à toutes les provocations nord-coréennes qui menacent la vie du peuple et la sécurité de la nation, incluant un lancement de missile à longue portée.

Le Premier ministre Hwang Kyo-ahn a déclaré que le tir est inacceptable car il menace sérieusement la paix et la stabilité dans la région et dans le monde. Il a appelé l'armée à répliquer contre la Corée du Nord si elle provoque le Sud. Hwang a fait ces déclarations lors de sa visite dans une unité militaire située près de la frontière intercoréenne.

Le directeur du bureau de la sécurité nationale Kim Kwan-jin a dirigé ce matin une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC) pour discuter des mesures à prendre suite à l’annonce du Nord de son plan de lancement d’une fusée à longue portée.

Le porte-parole présidentiel Jeong Yeon-guk a déclaré plus tôt ce matin que le gouvernement surveillait étroitement les mouvements liés au lancement de missile à longue portée de la Corée du Nord, tout en prenant les mesures nécessaires.

La Corée du Nord est soumise à une série de sanctions américaines et onusiennes pour ses précédents tests de missile et nucléaires.

Des experts ont noté des similitudes technologiques entre les lancements de fusée et les tests de missile à longue portée de la Corée du Nord. Ils ont observé qu’une fusée pouvait transporter aussi bien un satellite qu’une ogive et que les technologies utilisées dans les lancements de satellite pouvaient être détournées à des fins militaires.

En 2009, le Nord avait prétendu avoir mis en orbite un satellite. Cela dit, Séoul et Washington avaient fait remarquer à l’époque que le lancement était destiné à tester des technologies de missile balistique et qu’aucun objet n’a été placé sur orbite.

lsr@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page