Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) Le tir de fusée destiné à renforcer l'unité nationale de la Corée du Nord

Actualités 03.02.2016 à 20h58

SEOUL, 03 fév. (Yonhap) -- Le tir prévu d'une fusée par la Corée du Nord aurait pour but de renforcer l'unité nationale du pays, en montrant au peuple ses prouesses militaires à l'approche de l'anniversaire du Parti du Travail en mai, ont estimé ce mercredi plusieurs experts.

Ce tir serait aussi une réponse à la campagne menée par les États-Unis visant à imposer des sanctions additionnelles contre le Nord, par le biais du Conseil de sécurité des Nations unies, après le quatrième essai nord-coréen du 6 janvier.

La Corée du Nord a notifié mardi l'Organisation maritime internationale qu'elle allait lancer ce qu'elle appelle un «satellite d'observation terrestre» entre le 8 et le 25 février.

Les experts pensent que Pyongyang pourrait procéder à ce tir le 16 février, jour de l'anniversaire du défunt dirigeant nord-coréen Kim Jong-il, mort en 2011 d'une insuffisance cardiaque.

«La Corée du Nord va probablement tirer une roquette aux alentours de l'anniversaire de l'ancien leader, une sorte de salve de salut», a déclaré Kim Yong-hyun, professeur d'études nord-coréennes à l'université Dongguk.

Plusieurs analystes pensent que ce tir a pour but d'ajouter à la liste d'accomplissements du jeune dirigeant avant la tenue du congrès du Parti du Travail en mai.

«La Corée du Nord semble vouloir s'affirmer comme puissance militaire en tirant un missile balistique intercontinental avant la tenue du congrès», pense Cho Sung-ryul, chercheur à l'Institut pour la stratégie de sécurité nationale.

Le Parti du Travail de Corée du Nord va tenir en mai son premier congrès depuis une trentaine d'années. Kim Jong-un devrait y dévoiler les grandes lignes de sa politique et procéder à un remaniement.

Pyongyang estime que c'est son droit souverain que de lancer «une série de satellites à des fins pacifiques». Séoul et Washington pensent qu'il s'agit en réalité de tirs d'essai de missiles balistiques.

«Alors que le Conseil de sécurité des Nations unies discute des sanctions, le Nord semble vouloir montrer qu'aucune punition ne le fera fléchir», a dit le professeur de l'université Dongguk.

Pour certains spécialistes, la Corée du Nord pourrait ne pas procéder au lancement de la fusée et laisser la porte ouverte à des négociations.

«Si la Chine offre un plan d'aides, la Corée du Nord pourrait annuler son tir de roquette», considère Yang Moo-jin,professeur de l’Université des études nord-coréennes. «L'éventualité d'un tir de roquette par la Corée du Nord semble dépendre de la façon dont la Chine fera usage de son influence (sur Pyongyang).»

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page