Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(Interview Yonhap) Ambassadeur iranien : Téhéran cherche un engagement à long terme des sociétés coréennes

Actualités 04.02.2016 à 11h43

SEOUL, 04 fév. (Yonhap) -- L'Iran cherche à l'heure actuelle un engagement à long terme de la part des entreprises sud-coréennes pour investir dans le pays du Moyen-Orient qui fait actuellement des efforts pour une croissance durable, a déclaré ce jeudi Hassan Taherian, l'ambassadeur iranien à Séoul.

Lors d'une interview accordée à l'agence de presse Yonhap, Taherian a déclaré que l'Iran souhaite que les entreprises sud-coréennes restent sur le long terme et a dit que les investissements conjoints pourraient aider les sociétés à assurer des rôles actifs.

Il a indiqué que ce type d'approche est nécessaire car le marché iranien d'aujourd'hui n'est pas le même qu’avant. «L'Iran est maintenant un marché compétitif et de nombreuses entreprises cherchent agressivement à entrer sur ce marché et commencent des activités suite à la levée des sanctions», a indiqué l'ambassadeur.

Téhéran, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) et l'Allemagne ont conclu un accord l'année dernière appelant l'Iran à suspendre totalement son programme nucléaire en échange d’une levée des restrictions sur les transactions commerciales et financières.

Taherian a souligné que rien que dans les secteurs du pétrole et du gaz, l'Iran poursuit actuellement 50 nouveaux projets, qui pourraient avoir une valeur de 185 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. «Grâce à ces opportunités, l'Iran est une destination intéressante pour les sociétés étrangères», a-t-il revendiqué. «Je souhaite que les entreprises sud-coréennes cherchent à entrer sur le marché iranien.»

A propos du premier sidérurgiste sud-coréen, POSCO, l'ambassadeur iranien a déclaré qu'il souhaite que l'entreprise joue un rôle actif en promouvant de nombreux projets qui bénéficieront à chacun des deux côtés. Le fabricant d'acier a fait part de son souhait de construire une usine sidérurgique dans le pays riche en pétrole.

Le diplomate a évoqué la coopération financière bilatérale et exprimé ses souhaits sur l'amélioration des relations dans le domaine bancaire. «Avec les liens qui seront améliorés, il est naturel pour les banques de travailler plus étroitement ensemble», a-t-il dit. «L'Iran souhaite étendre les relations bancaires avec la Corée du Sud.»

Pour cela, l'Iran souhaite le retour à la normale des opérations de la banque Mellat le plus tôt possible, a-t-il fait savoir, en exprimant des remerciements pour la coopération dont a fait preuve Séoul pour faire fonctionner à nouveau la banque. Avec le renforcement du commerce et des investissements bilatéraux, il sera possible pour les autres banques iraniennes d'ouvrir des bureaux à Séoul, a dit l'ambassadeur.

Concernant l’objectif de production de pétrole, Taherian a expliqué que le pays veut renforcer les exportations de ses combustibles fossiles à un niveau similaire à celui de la période qui a précédé les sanctions et souhaite retrouver son statut de pays exportateur de pétrole. L'ambassadeur, cependant, a dit clairement que le pays opérera selon les normes établies par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Sur les perspectives d'entrée des sociétés iraniennes sur le marché sud-coréen, Taherian a indiqué que, après l'application des sanctions, beaucoup de firmes iraniennes ont été privatisées et le gouvernement encourage vivement ces entreprises à investir dans d'autres pays.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page