Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(3e LD) Le lancement de missile du Nord a probablement réussi

Actualités 07.02.2016 à 13h24

SEOUL, 07 fév. (Yonhap) -- La Corée du Nord semble avoir réussi à mettre en orbite un satellite, a déclaré ce dimanche l'armée sud-coréenne.

«Un engin du Nord a apparemment été mis en orbite», a déclaré un officiel de l'armée, en indiquant que le lancement de fusée à longue portée a peut-être réussi. «Il faut avoir une évaluation supplémentaire pour voir si l'engin fonctionne normalement ou non», a-t-il ajouté.

La Corée du Nord a lancé un missile à longue portée depuis sa base de lancement de Tongchang-ri ce dimanche au mépris des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU), seulement un mois après son quatrième essai nucléaire.

Le radar d’un destroyer Aegis a détecté qu’une fusée a été lancée à 9h30 et a conclu qu'il s’agissait d’un missile à longue portée après avoir étudié l'engin, a dit le Comité des chefs d’état-major interarmées (JCS).

Après le lancement vers la côte ouest, la fusée s'est dirigée vers le Sud, et le premier étage est retombé en mer Jaune à 9h32. Le premier étage a explosé en plein air et est retombé en quelque 270 morceaux, selon le JCS. Quatre minutes plus tard, le missile a disparu de la surveillance de l'armée à peu près au même moment où la coiffe est retombée dans les eaux au sud-ouest de l'île de Jeju, a dit le JCS.

Séoul et Washington cherchent à déterminer où est retombé le deuxième étage du missile, a ajouté l'officiel. Il a également fait savoir que le missile a traversé le ciel de la Corée du Sud sans provoquer de dégât.

Le régime communiste avait dit que le lancement viserait à mettre un satellite d'observation de la Terre en orbite, mais le reste du monde le considère comme un test déguisé de missile balistique intercontinental. Le Nord ne peut lancer de fusée utilisant les technologies de missiles balistiques selon une série de résolutions onusiennes.

Au début, le Nord avait annoncé un lancement de fusée à longue portée entre les 8 et 25 février mais a avancé hier la fenêtre pour la période allant du 7 au 14 février.

Le missile tiré ce matin semble avoir une portée de plus de 10.000 kilomètres, qui pourrait donc atteindre le territoire américain.

Le lancement du Nord est intervenu après qu'il a effectué son quatrième essai nucléaire le 6 janvier, forçant le Conseil de sécurité de l’ONU à travailler sur une nouvelle résolution pour sanctionner le Nord.

La présidente Park Geun-hye a convoqué une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale (NSC) afin de discuter des moyens de répondre à la provocation de missiles de la Corée du Nord, et a fortement condamné le lancement de missile.

Le ministre de la Défense Han Min-koo a déclaré que le lancement de missile à longue portée est un défi à la communauté internationale et une menace à la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne et dans la région.

Ces remarques sont intervenues lors de la réunion d'urgence avec le commandant des Forces américaines en Corée du Sud (USFK) Curtis Scaparrotti.

«La coopération entre la Corée du Sud et les Etats-Unis continuera et les Etats-Unis prendront toutes les mesures appropriées pour la défense et la sécurité de la Corée du Sud», a assuré Scaparrotti lors de la réunion.

L'ambassadeur américain à Séoul, Mark Lippert, a exprimé la même opinion, en disant que des concertations sont en cours entre les organisations gouvernementales sud-coréennes et américaines.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page