Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Park appelle à des sanctions onusiennes fortes contre la Corée du Nord

Actualités 07.02.2016 à 13h36

SEOUL, 07 fév. (Yonhap) -- La présidente Park Geun-hye a fortement condamné ce dimanche le lancement de missile à longue portée de la Corée du Nord tout en appelant le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) à prendre rapidement des sanctions fortes contre le Nord.

«La Corée du Nord a commis une provocation inacceptable en lançant un missile à longue portée après avoir effectué un quatrième essai nucléaire», a déclaré Park lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale (NSC).

«Le Conseil de sécurité de l'ONU doit imposer rapidement des sanctions fortes», a dit Park, en ajoutant que la Corée du Sud et les Etats-Unis doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour lutter contre les menaces posées par la Corée du Nord.

Le Conseil de sécurité travaillait déjà sur une résolution en vue de sanctionner la Corée du Nord suite à son quatrième essai nucléaire du 6 janvier.

Park a accusé la Corée du Nord de développer des missiles et armes nucléaires au mépris total de ses habitants dans la souffrance.

Le lancement de missile nord-coréen est une «provocation extrême destinée à maintenir le régime», a déclaré Cho Tae-yong, directeur adjoint du bureau de la sécurité nationale de Cheong Wa Dae, dans un communiqué du gouvernement.

Cho a noté que le seul moyen pour pousser la Corée du Nord à abandonner son programme nucléaire était d'adopter des sanctions fortes et efficaces contre ce pays.

«Le gouvernement continuera à exercer la pression nécessaire sur la Corée du Nord pour qu'elle n'ait d'autres choix que de changer», a souligné Cho.

La Corée du Nord est déjà soumise à une série de sanctions onusiennes pour ses trois précédents tests nucléaires qui ont eu lieu en 2006, 2009 et 2013.

Cho a fait remarquer que «le gouvernement et la communauté internationale ont présenté plusieurs propositions comme les pourparlers à six en vue de faire revenir la Corée du Nord à la table des négociations mais celle-ci n'y a jamais répondu», en ajoutant que cela a en conséquence fait gagner du temps à Pyongyang pour faire avancer le programme nucléaire nord-coréen.

«Le tir de missile à longue portée nord-coréen non seulement constitue une violation claire des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU mais aussi fait fi de la paix que la communauté internationale espérait tant dans un contexte où des discussions sont en cours pour une nouvelle résolution du Conseil de sécurité après le dernier essai nucléaire», a critiqué Cho.

rainmaker0220@yna.co.kr

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page