Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) La Corée du Sud et les Etats-Unis d'accord pour des discussions en vue du déploiement du THAAD

Actualités 07.02.2016 à 18h53

SEOUL, 07 fév. (Yonhap) -- En dépit de l’opposition de la Chine et de la Russie, Séoul et Washington ont convenu ce dimanche de débuter des négociations officielles pour le déploiement sur le sol national du système de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), ont fait savoir des officiels.

Cette annonce sur ce système de défense controversé, qui apporterait à la Corée du Sud une meilleure protection face aux menaces croissantes des missiles nord-coréens, a été faite seulement quelques heures après que la Corée du Nord a tiré une fusée à longue portée dans le cadre vraisemblablement de son programme de développement de missiles balistiques intercontinentaux.

«Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont décidé d’amorcer des discussions officielles sur la possibilité d’un déploiement du THAAD par les Forces américaines en Corée du Sud (USFK) dans le cadre des mesures de remise à jour des positions de défense de l’alliance Corée du Sud-USA contre les menaces de missiles de la Corée du Nord», a dit le vice-ministre de la Défense Yoo Jeh-seung lors d’une conférence de presse conjointe avec le lieutenant général Thomas Vandal de la 8e armée de l’USFK.

Vandal a précisé que la décision a été prise sur recommandation du chef de l’USFK, le général Curtis Scaparrotti, en ajoutant qu’«il est temps d’avancer sur le sujet». «Nous avons aussi noté un soutien croissant de la part de la République de Corée sur la question du THAAD récemment.»

Le tir de fusée d’aujourd’hui et l’essai nucléaire du mois dernier de la Corée du Nord montrent le sérieux des menaces du nucléaire et des missiles balistiques du régime communiste pour la paix et la stabilité de la péninsule coréenne et de l’Asie du Nord-Est, ont souligné les deux pays alliés dans un communiqué commun. L’objectif des consultations sera de voir s’il est possible de déployer et opérer le THAAD sur le territoire sud-coréen «à une date la plus rapprochée possible», selon la déclaration conjointe.

Même si le THAAD est installé sur le sol national, il n’impactera pas la sécurité de la Chine, a déclaré un officiel du ministère devant des journalistes. La Chine, le plus grand partenaire commercial de la Corée du Sud, est sans aucun doute le plus grand obstacle au déploiement du système antimissile. Moscou est également fermement opposé. «Le THAAD qui sera opéré par l’USFK ne sera pas destiné à défendre le territoire américain», a argumenté l’officiel.

Des responsables de la diplomatie sud-coréenne ont dit avoir prévenu la Chine et la Russie de la décision prise par Séoul et Washington ce dimanche. «Si le système THAAD est déployé sur la péninsule coréenne, il se focalisera seulement sur la Corée du Nord et contribuera à renforcer la capacité de défense actuelle de l’alliance face aux menaces potentielles des missiles nord-coréens», a ajouté la déclaration sud-coréano-américaine.

Si la décision est prise d’aller dans ce sens, la Corée du Sud fournira le terrain et les installations alors que l’USFK prendra en charge les frais liés au déploiement et au maintien du système. Le coût d’une batterie THAAD, composée d’une tour de contrôle, d’un radar, de six lanceurs et de 48 missiles intercepteurs, est d’environ 1.500 milliards de wons (1,12 milliard d’euros), selon un officiel du ministère de la Défense.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page