Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Kaesong : la procédure de retrait du personnel sud-coréen a commencé

Actualités 11.02.2016 à 14h42

SEOUL, 11 fév. (Yonhap) -- La procédure de retrait du personnel, des matériaux et des équipements de la Corée du Sud du complexe industriel conjoint de Kaesong a débuté aujourd'hui suite à la décision de Séoul de suspendre complètement l'exploitation du parc industriel de Kaesong.

Alors que la Corée du Nord a autorisé comme d'habitude les entrées et les sorties des Sud-Coréens au complexe industriel de Kaesong, les déplacements vers et à partir de Kaesong se déroulent sans difficultés à travers le bureau des douanes, de l'immigration et de la quarantaine de Dorasan à Paju depuis 9h.

«Les entrées et les sorties des Sud-Coréens se passent sans difficultés avec l'autorisation de la Corée du Nord. Cette approbation est une procédure ordinaire qui se déroule tous les jours», a fait savoir un officiel du ministère de l'Unification.

Cependant, la majorité des ouvriers nord-coréens du complexe industriel conjoint de Kaesong ne sont pas venus au travail ce jeudi, au lendemain de la décision du gouvernement sud-coréen de suspendre «complètement» l'exploitation du complexe, en réponse à l'essai nucléaire et au lancement de fusée à longue portée de la Corée du Nord.

Interrogé sur la présence au travail ou non des Nord-Coréens, un officiel du ministère de l'Unification a répondu avoir appris qu'ils ne sont pas venus à Kaesong. «On peut dire que les autorités nord-coréennes n'ont pas envoyé leurs travailleurs à Kaesong.»

«Des bus des employés nord-coréens sont arrivés vides au complexe industriel», a-t-il informé en ajoutant que la plupart des travailleurs nord-coréens ne sont pas présents au travail.

Selon le ministère de l'Unification, un total de 248 Sud-Coréens sont à Kaesong aujourd'hui. «Le nombre de personnes qui se sont rendues à Kaesong a atteint 132 et celui des personnes qui sont retournées au Sud est de 68», a déclaré le ministère. «Le nombre de ressortissants sud-coréens séjournant à Kaesong a augmenté à 248 parce que des employés de certaines entreprises se sont rendus au complexe industriel pour minimiser les dégâts.»

«Pour le gouvernement, la première priorité est la sécurité des ressortissants sud-coréens et la deuxième est la minimisation des dégâts des entreprises opérant à Kaesong», a déclaré l'officiel.

Jusqu'à ce matin un total de 184 Sud-Coréens étaient à Kaesong et, parmi les 124 sociétés sud-coréennes opérant à Kaesong, 53 n'avaient pas d’employé à Kaesong durant la fête du Nouvel An lunaire.

«Un total de 1.084 personnes devraient se rendre à Kaesong aujourd'hui, mais nous enverrons d'abord les employés des 53 entreprises pour qu'ils puissent préparer le retrait des équipements et matériaux et nous n'autoriserons pas l'entrée au Nord à d’autres ressortissants», a ajouté l'officiel du ministère.

La concertation liée au retrait du complexe industriel de Kaesong devrait débuter aujourd'hui entre le Comité de gestion du district industriel de Kaesong et le Bureau général pour la conduite centrale du développement de la zone spéciale du Nord.

«(Le Sud) a proposé au Bureau général hier de discuter des sujets liés au retrait du personnel et des équipements de la Corée du Sud, en annonçant la suspension des activités du parc industriel de Kaesong», a déclaré l'officiel.

Un total de 13 membres du Comité de gestion, dont le président Kim Nam-sik, se sont rendus à Kaesong. Le gouvernement sud-coréen projette de discuter du retour des Sud-Coréens séjournant à Kaesong, entre autres. «Alors que la sécurité des ressortissants sud-coréens est la priorité, nous discuterons d'abord du retrait du personnel sud-coréen», a indiqué l'officiel.

Les autres sujets, tels que le retrait des équipements, matériaux et produits et le versement des salaires et des impôts par le Sud, seront abordés après la concertation sur le retour sain et sauf des Sud-Coréens, selon le ministère.

Par ailleurs, le gouvernement sud-coréen a décidé d'établir un centre pour soutenir les sociétés opérant à Kaesong, qui souffriront de difficultés suite à la suspension des activités du parc industriel.

Le centre sera opéré conjointement par le ministère de l'Unification et le Comité de gestion du district industriel de Kaesong (KIDMAC). «Le gouvernement fera des efforts pour fournir des soutiens efficaces en coopération avec les ministères concernés», a indiqué le ministère.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page