Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Le ministre des Affaires étrangères veut sanctionner Pyongyang le plus durement possible

Actualités 11.02.2016 à 14h02

NEW YORK/SEOUL, 10 fév. (Yonhap) -- Le ministre des Affaires étrangères Yun Byung-se a déclaré ce mercredi que le Conseil de sécurité de l’ONU devait adopter la résolution la plus dure possible en vue de sanctionner sévèrement la Corée du Nord.

Yun a fait cette déclaration lors de sa visite à New York visant à obtenir le soutien de la communauté internationale pour des mesures plus fortes à l’égard de Pyongyang après son quatrième essai nucléaire et son sixième tir de missile à longue portée, constituant des violations claires de résolutions onusiennes.

«Les mesures fortes et complètes que le Conseil de sécurité prendra doivent être différentes des réponses prises pour les premier, deuxième et troisième tests nucléaires», a souligné Yun devant des journalistes sud-coréens.

«Tout comme les mauvais comportements à répétition doivent faire l’objet de sanctions supplémentaires, de grands prix doivent être payés pour les violations régulières des résolutions du Conseil de sécurité.»

Pour le chef de la diplomatie sud-coréenne, la prochaine résolution devra être «décisive». Il ne faudra pas qu’il y ait de cinquième résolution après un autre essai nucléaire, a insisté Yun.

Durant son séjour de deux jours à New York, le ministre a rencontré le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et les ambassadeurs des 15 nations membres du Conseil de sécurité pour leur présenter clairement la position de la Corée du Sud vis-à-vis de Pyongyang.

Selon Yun, la plupart d’entre eux sont d’accord pour qu’une résolution forte soit adoptée le plus tôt possible. Yun a aussi mis l’accent sur l’importance de sanctions unilatérales en plus de celles de l’ONU.

«En plus de la résolution du Conseil de sécurité, de nombreux pays mettent en place des sanctions et des mesures de pression de manière bilatérale», a noté le ministre. Dans le même temps, un haut officiel sud-coréen a également observé que beaucoup de nations estiment qu’il est temps de bloquer les sources de financement du programme nucléaire et du développement de missiles du Nord.

Dans une déclaration publiée à Séoul, le ministère de Yun a rapporté que ce dernier a souligné le besoin d’une «résolution forte et efficace dépassant la prédiction du Nord».

«Une menace extraordinaire requiert une réponse extraordinaire», a-t-il dit lors de ses discussions avec l’ambassadrice américaine à l’ONU Samantha Power, l’ambassadeur chinois Jieyi Liu, l’ambassadeur japonais Motohide Yoshikawa et le chef adjoint de la mission russe Vladimir Safronkov.

Le Nord a continuellement violé ces dernières années les résolutions de l’ONU ainsi que sa charte avec quatre tests nucléaires et six lancements de missile à longue portée, a rappelé Yun.

La décision du gouvernement sud-coréen de suspendre l’exploitation du complexe industriel de Kaesong vise à montrer qu’il ne tolèrera pas le programme nucléaire et le développement de missiles de Pyongyang et se joindra activement aux sanctions de la communauté internationale, a dit Yun aux ambassadeurs.

L’ambassadrice américaine a répondu en soulignant l’importance d’adopter rapidement une résolution «forte et complète» pour punir le Nord. L’ambassadeur chinois a pour sa part indiqué qu’il était nécessaire de mettre la pression sur le Nord tout en recherchant le dialogue, selon le ministère.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page