Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul s'oriente vers la suspension du projet Rajin-Khassan

Actualités 12.02.2016 à 09h04

SEOUL, 12 fév. (Yonhap) -- Avec la position ferme du gouvernement sud-coréen vis-à-vis de la Corée du Nord après le lancement de la fusée (missile à longue portée), il semble inévitable que Séoul prenne la décision de suspendre le projet de coopération tripartite Rajin-Khassan entre les deux Corées et la Russie pour une durée indéfinie.

Ce projet vise à établir un lien ferroviaire entre Khassan en Russie et Rajin en Corée du Nord (54 km) puis à développer le port de Rajin pour le transport des ressources naturelles russes vers la Corée du Sud par la voie maritime. Avec la situation actuelle de remontée de la tension, les négociations avec la Russie pour la signature du principal contrat prévue en premier paraît bien difficile.

Cependant, la société publique et l’interlocuteur russe de ce projet, la Compagnie des chemins de fer russes (RZD), a refusé de faire un commentaire en disant que «nous n’avons pas eu d’annonce officielle d’une suspension du projet Rajin-Khassan par le consortium sud-coréen ou l’ambassade de Corée du Sud en Russie, donc nous n’avons pas de commentaire à faire là-dessus». «S’il y a une annonce officielle, nous exprimerons notre position.»

D’ores et déjà, la Corée du Sud a suspendu l’opération du parc industriel conjoint de Kaesong, le 10 février dernier, puis la Corée du Nord a donné une réaction le lendemain en expulsant le personnel sud-coréen avec une déclaration de fermeture du parc industriel, le dernier symbole de la coopération intercoréenne.

La suspension du parc industriel de Kaesong a été décidée par le gouvernement sud-coréen pour un blocus du drainage de l’argent au Nord soupçonné de l’avoir investi dans le développement d’armes de destruction massive et nucléaires. Dans ce linéaire, la position du gouvernement sud-coréenne vis-à-vis du projet Rajin-Khassan serait d’arrêter la poursuite de ce projet qui semble aussi être une source financière pour la Corée du Nord.

Le gouvernement sud-coréen avait décidé de participer à ce projet à l’issue d’un sommet entre la présidente Park Geun-hye et son homologue russe Vladimir Poutine en novembre 2013 et cela fait partie également du projet de l’administration Park appelé «initiative de l’Eurasie». Déjà, des bouteilles d’eau minérale du mont Paektu produites en Chine ont été transportées vers le Sud via le port de Rajin en décembre dernier.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page