Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Kaesong : de la suspension à l’expulsion, 29 heures de tensions

Actualités 12.02.2016 à 10h25

SEOUL, 12 fév. (Yonhap) -- «Le gouvernement a jugé qu’il n’était pas possible de continuer l’opération du parc industriel dans une situation de provocations nord-coréennes successives menaçant la sécurité de notre peuple, la paix sur la péninsule coréenne et les activités des entreprises», une annonce de Séoul émise le 10 février à 17 heures.

Le lendemain vers 8h30, l’entrée du personnel sud-coréen au parc industriel de Kaesong en Corée du Nord a été normale. Les autorités nord-coréennes ont donné leur accord pour la circulation alors 132 Sud-Coréens, un ou deux pour chacune des 54 entreprises sur 124 au total, ont pris la voie intercoréenne.

Le gouvernement sud-coréen a pris la décision de réduire le nombre de personnes initialement prévu de 1.084 autorisées à se rendre au Nord. Le flux vers le Nord a eu lieu de 9h à 16h30, avec des intervalles de 30 minutes, et en sens inverse, de 10h30 à 17h30.

Le transport de produits et matériels vers le Sud a été assez souple jusqu’à 16h50 hier. Mais la situation a basculé subitement lorsque les autorités nord-coréennes ont annoncé la fermeture et l’expulsion des Sud-Coréens du parc : «Nous expulsons tout le personnel sud-coréen avant 17h30.»

Le Bureau général pour la conduite centrale du développement de la zone spéciale de la Corée du Nord a annoncé cette première réaction face à la décision sud-coréenne de suspendre l’exploitation, en ajoutant que «les personnes expulsées ne peuvent emporter que leurs affaires personnelles et pas les autres objets».

Cette annonce d’expulsion jusqu’à 17h30 a laissé à peine 40 minutes de marge et le retrait du personnel sud-coréen s’est en fait achevé à 22h. Les derniers à rentrer au Sud sont revenus avec les mains presque vides alors qu’ils cherchaient à réduire les dégâts subis par la suspension des activités en ramenant un maximum de produits et matériels au Sud.

Sur une surface de 3,3 millions de mètres carrés, 124 entreprises sont installées au parc de Kaesong et «la diffusion de cette annonce d’expulsion aurait même pris plus d’une heure», selon les explications du ministère de l’Unification de Séoul. Quelque 280 personnes qui étaient à Kaesong se sont rassemblées vers 21h20 au bureau nord-coréen des douanes, de l'immigration et de la quarantaine (CIQ).

Le chef du Comité de gestion du district industriel de Kaesong, Kim Nam-sik, a pris la tête de ce contingent réparti en 247 véhicules qui ont franchi la Ligne de démarcation militaire vers 22h. Le retrait du personnel s’est achevé sans incident grave mais le gouvernement a tout de même demandé aux médias de ne pas rapporter ce qui se passe à l’intérieur du parc industriel par souci d’événement inattendu comme une prise en otages d’employés sud-coréens par le Nord.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page