Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul et Bruxelles d'accord sur la nécessité de sanctions dures contre Pyongyang

Actualités 14.02.2016 à 10h04

MUNICH, 13 fév. (Yonhap) -- Le ministre des Affaires étrangères Yun Byung-se et la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini se sont accordés à dire que le Conseil de sécurité des Nations unies et l'Union européenne (UE) doivent imposer des sanctions dures et efficaces contre la Corée du Nord, a fait savoir ce samedi un officiel sud-coréen.

Mogherini a déclaré que l'UE se joindra aux efforts de la communauté internationale pour faire pression sur la Corée du Nord et envisagera de durcir ses sanctions contre le pays communiste, selon l'officiel.

Yun était en Allemagne pour participer à la conférence de Munich sur la sécurité. Il s'est également entretenu avec ses homologues américain, chinois, russe et britannique en marge de cette conférence annuelle.

Ces quatre pays peuvent jouer un rôle crucial dans l'adoption d'une nouvelle résolution sanctionnant le Nord car ils sont membres permanents du Conseil de sécurité disposant du droit de veto, avec la France.

Le Conseil de sécurité se penche actuellement sur l'élaboration d'une nouvelle résolution en vue d’imposer des sanctions contre Pyongyang pour son quatrième essai nucléaire et son dernier lancement de fusée à longue portée.

La Corée du Nord a affirmé que la fusée qu’elle a lancé le 7 février dernier a eu pour but de mettre en orbite un satellite dans le cadre de son programme de développement spatial. Cela dit, la Corée du Sud, les Etats-Unis et d'autres puissances régionales considèrent le lancement comme un test déguisé de ses technologies de missile balistique, dont l'utilisation est interdite en vertu des résolutions onusiennes.

En représailles, Séoul a suspendu toutes les activités sur le complexe industriel de Kaesong, qu'il exploite conjointement avec Pyongyang, dans la ville frontalière nord-coréenne du même nom. Cette décision a été prise dans le but de couper l'une des principales sources de revenus de la Corée du Nord et de montrer la volonté de Séoul de durcir les sanctions contre la Corée du Nord.

Mogherini n'a cependant pas soutenu ouvertement cette suspension de la coopération économique intercoréenne, notant toutefois qu'elle comprend entièrement la décision.

Yun a de même rencontré son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier et les deux hommes ont souligné la nécessité d'imposer de lourdes sanctions contre le Nord.

Steinmeier a aussi déclaré que l'Allemagne examine la mise en place de ses propres mesures punitives contre Pyongyang. Le ministre coréen a également tenu une réunion similaire avec son homologue égyptien, Sameh Shoukry.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page