Go to Contents Go to Navigation

Police : «C’est un groupe de hackers nord-coréens qui a envoyé en masse les courriels»

Actualités 15.02.2016 à 15h33

SEOUL, 15 fév. (Yonhap) -- Le chef de la police sud-coréenne, Kang Shin-myeong, a déclaré ce lundi que l’envoi en masse de courriels déguisés, avec la Maison-Bleue comme l’expéditeur, à des personnels d’institutions de l’Etat avait été effectué par un groupe de hackers nord-coréens.

«Nous sommes arrivés à une phase nous permettant d’avoir la conviction que ces actes criminels ont été commis par la Corée du Nord», a transmis Kang lors d’une conférence de presse tenue ce matin à Séoul. La police a mené une enquête sur l’émetteur de ces courriels en masse, prétendant faire partie des personnels de la Maison-Bleue, du ministère des Affaires étrangères et du ministère de l’Unification.

Kang a confirmé que les bandes des adresses IP sont identiques à celles utilisées lors de l’affaire de piratage de Korea Hydro & Nuclear Power Co. (KHNP) en 2014, situées dans la région du Liaoning en Chine. L’usage sans fil de ces adresses IP de la province chinoise proche de la Corée du Nord a été également prouvé.

Il a été également prouvé que deux comptes utilisés pour le piratage de KHNP ont été également détectés pour l’envoi des courriels en masse. De plus, quelques termes utilisés dans les courriels sont d’usage courant en Corée du Nord, renforçant la suspicion d’un acte de la Corée du Nord.

Les destinataires de ces courriels étaient tous des personnels qui travaillaient dans des instituts de recherche spécialisés dans les affaires nord-coréennes. Depuis le piratage de KHNP en juin dernier, ces courriels ont commencé à être envoyés et 759 personnes ont reçu ces courriels, selon la police.

Parmi ces 759 personnes, la police a vérifié la profession de 460 d’entre elles et 87,8% des gens travaillent dans les affaires nord-coréennes. Le chef de la police a indiqué que «les traces montrent que ces envois étaient intentionnels et il n’y a pas de preuve indiquant que c’est une coïncidence».

Kang a ajouté que des dégâts importants, notamment des fuites de dossiers classés concernant la sécurité nationale, n’ont pas été observés.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page