Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) THAAD : «L’endroit optimal pour intercepter les missiles tirés par la Corée du Nord sera sélectionné»

Actualités 15.02.2016 à 17h33

SEOUL, 15 fév. (Yonhap) -- L’efficacité militaire pour les Etats-Unis sera le premier élément à prendre en considération lors de l’examen de l’éventuel déploiement du système de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), a fait savoir ce lundi le porte-parole du ministère de la Défense Moon Sang-gyun.

A la question sur le nom du pays dont les critères seront pris en compte pour évaluer l’efficacité militaire du THAAD, le porte-parole a répondu lors d’un point de presse que «ce sont les critères des Etats-Unis qui importeront le plus».

«Cela est en raison du fait que (le THAAD) sera opéré par les Forces américaines en Corée du Sud (USFK)», a noté le porte-parole. «L’endroit optimal pour intercepter les missiles tirés par la Corée du Nord sera la région qui présentera une efficacité militaire», a-t-il expliqué.

A propos des rapports de médias selon lesquels des débris qui proviendraient du réservoir d’oxydant ou de carburant du premier étage de la fusée à longue portée nord-coréenne ont été repérés en mer Jaune, le porte-parole a confirmé leur présence dans les eaux. «Nous ne pouvons pas procéder au repêchage en raison des conditions météorologiques actuelles», a-t-il fait remarquer en ajoutant qu’il n’est pas en mesure de confirmer s’il s’agit d’un réservoir d’oxydant ou de carburant, une analyse d’experts étant nécessaire.

Le futur emplacement de la batterie THAAD fait l'objet de débats houleux en Corée du Sud comme à l'étranger. Un certain nombre de villes sud-coréennes ont été pressenties par les médias comme des candidates potentielles pour accueillir le système américain, notamment Daegu et Pyeongtaek, où se situe le nouveau siège de l'USFK.

La Chine pourrait voir rouge si le système est déployé près de la frontière intercoréenne, car elle estime qu'elle serait alors sous la surveillance radar du THAAD.

Un responsable du ministère a noté que le THAAD devra être placé sur un terrain élevé afin que ses faisceaux radar ne soient pas déviés.

Le ministère de la Défense a annoncéla semaine dernière que les négociations entre Séoul et Washington sur l'emplacement du THAAD et sur le coût du déploiement pourraient débuter cette semaine.

Plus tôt dans la journée, l'adjoint à la sécurité du maire de Daegu Kim Sang-kyong a tenu une conférence de presse afin d'exprimer l'opposition de la municipalité à un éventuel déploiement du THAAD dans les environs. «Il incombe au gouvernement central de décider du déploiement du THAAD, du point de vue de la sécurité nationale», a dit Kim. «Daegu est peut être un endroit convenable du point de vue des opérations militaires, mais ce n'est pas le bon endroit du fait de la population importante de la ville.»

Le maire de Daegu s'est aussi opposé sur les réseaux sociaux à la venue du THAAD dans sa ville.

Pyeongtaek accueille déjà un grand nombre d'installations militaires dont le siège de l'USFK et déplacer les habitants en cas de venue du THAAD coûterait beaucoup d'argent, a déclaré le maire de Pyeongtaek Kong Jae-kwang, qui s'est engagé à combattre l'installation du système américain dans sa municipalité.

lsr@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page