Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le niveau des études lié à la satisfaction dans la vie, selon un rapport

Actualités 15.02.2016 à 18h15

SEOUL, 15 fév. (Yonhap) -- Un rapport de l'université Sangmyung à Séoul a montré ce lundi que plus les études sont poussées, plus le niveau de satisfaction dans la vie est grand.

Selon ce rapport, fruit du travail d'une équipe de recherche menée par le professeur Kim Young-chul, 54% des personnes diplômées d'universités prestigieuses ont dit être satisfaites de leur vie, contre 30,2% seulement pour l'ensemble des personnes interrogées.

L'équipe a analysé les données de l’Étude par panel du travail et des revenus, dans le cadre de laquelle 9.997 personnes ont été interrogées quant à leur degré de satisfaction dans la vie.

L'équipe a réparti les réponses en sept catégories selon le niveau d'études des personnes, du collège au dix meilleures universités du pays.

L'analyse a montré que le degré de satisfaction est corrélatif au niveau d'études : 46,4% des personnes ayant au moins l'équivalent du baccalauréat se sont dites satisfaites de leur vie contre seulement 23,1% des personnes qui sont allées, au mieux, jusqu'au collège.

«Les degrés de satisfaction dépendent des différentes expériences de discrimination en matière d'emploi, de promotion et de vie sociale en général, en fonction des différents niveaux d'études», indique le professeur Kim dans le rapport.

Sur 7.400 personnes concernées, 23% des personnes appartenant à la plus basse catégorie en matière d'éducation ont dit avoir été victimes de discrimination au cours de leur recherche d'emploi. Seulement 7,3% des diplômés des dix meilleures universités du pays ont dit avoir ressenti la même chose.

«La poursuite excessive d'une éducation supérieure ne peut pas simplement être considérée comme prétentieuse», note Kim. «Afin de soulager l'extrême compétition qu'il y a à l'entrée à l’université, il faudrait commencer par modérer la hiérarchie rigide qu'il existe entre les universités.»

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page