Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Un rapporteur de l'ONU veut notifier Kim Jong-un d’une possible enquête pour «crimes contre l'humanité»

Actualités 16.02.2016 à 09h25

WASHINGTON, 15 fév. (Yonhap) -- Le rapporteur spécial des Nations unies (ONU) sur les droits de l'Homme en Corée du Nord, Marzuki Darusman, a appelé le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à notifier officiellement le leader nord-coréen Kim Jong-un de la possibilité d’une enquête à son encontre afin qu’il assume ses responsabilités pour «crimes contre l'humanité».

Darusman a lancé cet appel dans un rapport déposé au Conseil ce lundi, en ajoutant que la situation des droits de l'Homme au Nord ne s'est pas améliorée et les crimes contre l'humanité rapportés par la Commission d’enquête de l’ONU semblent se poursuivre.

Le rapporteur spécial «appelle le Conseil des droits de l'Homme à établir une une communication officielle... avec le chef suprême de la République populaire démocratique de Corée pour l’informer lui et d’autres officiels de haut niveau qu'ils peuvent faire l’objet d’une enquête», selon le rapport.

Le leader et d'autres officiels nord-coréens doivent être notifiés que s'ils sont jugés responsables, ils pourraient avoir à assumer les responsabilités des crimes contre l'humanité commis sous leur leadership, a prévenu le rapporteur dans le rapport disponible sur le site Internet du Conseil.

Selon le principe de responsabilité du commandement et du supérieur, en vertu de la loi pénale internationale, le commandement militaire et les supérieurs civils sont responsables d’un point de vue pénal pour n’avoir pas su prévenir ou combattre les crimes contre l'humanité commis par le peuple sous leur autorité et contrôle, a dit Darusman.

«En conséquence, la responsabilité pénale du leadership le plus haut de la République populaire démocratique de Corée, dont le chef suprême, pour les crimes contre l'humanité doit être étudiée, pour avoir ordonné ou incité de tels crimes, même si ce sont des officiels de niveau moins élevé ont commis ces crimes», a-t-il déclaré.

Darusman a également appelé à prolonger le mandat de rapporteur spécial «comme la situation des droits de l'Homme en République populaire démocratique de Corée ne s'est presque pas améliorée».

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page