Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Discours de Park devant les députés : «Kim Jong-un dans un emballement sans frein»

Actualités 16.02.2016 à 14h30

SEOUL, 16 fév. (Yonhap) -- La présidente Park Geun-hye a prononcé un discours devant les députés à l’Assemblée nationale ce matin à 10h et a souligné que «si le temps passe ainsi sans changement, le régime de Kim Jong-un, qui est dans un emballement sans frein, finira par déployer des missiles nucléaires et nous allons souffrir de la peur et de l’horreur».

Le discours de Park adressé aujourd’hui aux députés montre sa volonté de changer sa stratégie concernant les sanctions et les pressions contre le régime nord-coréen dirigé par Kim Jong-un compte tenu que la «politique du rayon de soleil» qui a été menée par les administrations de Kim Dae-jung et Roh Moo-hyun n’a pas réussi à mettre un terme au développement nucléaire et de missiles de la Corée du Nord.

L’intervention de Park devant les députés, hormis ses discours du Nouvel An, est la première dans ce contexte de tensions remontées causées par le quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier dernier et le tir de la fusée Kwangmyongsong du 7 février dernier, soupçonné par la communauté internationale d’être un essai masqué de missile balistique.

▲ Fermeté contre les menaces nord-coréennes

«Le gouvernement déploiera des mesures efficaces plus fortes afin que la Corée du Nord comprenne qu’elle ne survivra jamais avec le développement nucléaire et cela n’entraînera qu’une éruption du régime puis tâtera le terrain pour un environnement où le Nord sera obligé de changer», a dit la chef de l’Etat.

Park a rappelé dans son discours que «la Corée du Nord a effectué un quatrième essai nucléaire, un défi direct contre l’espoir de paix dans le monde et sur la péninsule coréenne, malgré l’opposition et les avertissements de notre gouvernement et de la communauté internationale».

«La Corée du Nord a effectué un tir de missile balistique et a continué ses menaces pour plus d’essais nucléaires et tirs de missiles, en dépit des accusations et des discussions sur les sanctions contre elle. Cela montre qu’elle ne veut plus la paix et qu’il s’agit d’actes de provocation extrêmes».

«Concernant les aides gouvernementales au Nord depuis le milieu des années 90, le montant dépasse les 2,2 milliards de dollars et, si on compte les aides civiques, cela dépasse 3 milliards de dollars». «Mais la Corée du Nord a répondu avec le nucléaire et des missiles aux efforts de notre gouvernement en déclarant l’essai d’une bombe H qui a stupéfait la communauté internationale.»

▲ Suspension de Kaesong, blocus du drainage d’argent

En ce qui concerne la fermeture du parc industriel conjoint intercoréen de Kaesong, la présidente Park a indiqué que «la plupart des dollars versés par nous n’ont pas été utilisés pour l’amélioration de la vie des habitants nord-coréens et il est connu que de l’argent a été drainé pour le secrétariat du Parti du travail qui dirige le développement nucléaire et de missiles».

«La décision prise par notre gouvernement pour la suspension de l’opération du parc industriel de Kaesong est issue de la prise en compte de la gravité de la situation pour l’urgence de mettre un blocus sur le flux de devises vers la Corée du Nord qui sont utilisées pour la sophistication d’armes nucléaires et de missiles».

«Comme vous le savez bien, quelque 132 millions de dollars ont été payés au Nord à travers le parc industriel de Kaesong et le montant total s’élève à 616 millions de dollars en liquide jusqu’à aujourd’hui», «on ne pourra pas laisser continuer cette situation dans laquelle on soutient de facto le développement nucléaire et de missiles par le régime nord-coréen», a-t-elle avancé.

Park a mis l’accent sur le fait qu’«il est normal que la Corée du Sud déploie tous les moyens pour que la Corée du Nord abandonne le nucléaire». «La priorité absolue concernant la suspension du parc de Kaesong a été le retrait en toute sécurité de notre personnel après la décision de suspension. […] Afin d’effectuer le retrait de nos citoyens le plus rapidement possible et en toute sécurité, il était inévitable de ne pas annoncer à l’avance et de prendre cette mesure d’urgence.»

▲ Appel à une union interne et à des sanctions internationales

Afin de prendre des «mesures efficaces plus fortes» contre le régime nord-coréen pour qu’il comprenne que sa survie ne passera pas par le développement nucléaire, la présidente Park a souligné l’importance des «coopérations avec les pays alliés notamment les Etats-Unis et aussi entre la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon. Le gouvernement poursuivra ses actions pour collaborer avec la Chine et la Russie».

«Il y a eu un consentement entre cinq pays (la Corée du Sud, les Etats-Unis, le Japon, la Chine et la Russie, les pays membres des pourparlers à six sauf la Corée du Nord) sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Ces pays ne souhaitent pas que la péninsule coréenne tombe dans une sphère de tensions et de crise avec des provocations nucléaires nord-coréennes», a-t-elle indiqué.

Quant à la circulation de rumeurs ou critiques sur la décision de fermeté du gouvernement, la présidente Park a noté qu’«il est regrettable que des ‘‘hypothèses de vent du Nord’’ (une prise de décision de sévérité avant les élections législatives en faveur de la majorité) circulent au lieu de penser à l’origine de cette problématique liée aux menaces nord-coréennes provenant du nucléaire et des missiles».

En appelant à une union interne face à ces menaces nord-coréennes, la présidente Park a souligné qu’«il ne doit y avoir de pays avec ce genre d’actions de scission interne». «Face à la crise de sécurité, il y a pas de différence entre la majorité et l’opposition. La sécurité du peuple et de la nation n’est pas une question qui appartient uniquement à la majorité ou à l’opposition.»

«Le commencement des discussions pour le déploiement du système antimissile américain THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) qui a été annoncé le 10 février fait également partie des mesures pour renforcer les moyens de dissuasion contre le Nord», a ajouté Park tout en appelant à une union des opinions publiques.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page