Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) Les ouvriers nord-coréens à l’étranger remplissent la caisse du Parti

Actualités 17.02.2016 à 17h12

SEOUL, 17 fév. (Yonhap) -- Le nombre d’ouvriers nord-coréens travaillant à l’étranger pour des devises est estimé entre 50.000 et 60.000, d’après une analyse d’experts alors que le montant des salaires s’élèverait à 200 millions de dollars par an mais ces salaires ne semblent pas profiter aux travailleurs nord-coréens.

D’après des explications d’une source bien informée sur la Corée du Nord, «les travailleurs nord-coréens subissent une déduction de 70 à 90% de leur salaire pour le régime nord-coréen sous forme de contribution à l’Etat ou loyauté et reçoivent entre 10 et 30% de leur salaire mensuel, qui se situe normalement entre 100 et 1.500 dollars».

Les devises perçues par les travailleurs nord-coréens semblent être drainées vers la caisse du secrétariat du Parti du travail ou du Bureau 39, le gestionnaire des devises obtenues par le Parti, le gouvernement et les armées nord-coréennes.

D’après les autorités sud-coréennes, les devises gérées par le secrétariat du Parti et du Bureau 39 servent au développement d’armes nucléaires et de missiles, à des projets à la gloire du leader nord-coréen puis à l’achat de produits de luxe pour l’élite.

Quant à la répartition des travailleurs nord-coréens dans le monde, quelque 20.000 Nord-Coréens travaillent en Russie, 19.000 en Chine, 4.000-5.000 au Koweït, 2.000 aux Emirats arabes unis puis 1.800 au Qatar hormis les employés des restaurants nord-coréens en Chine et dans les pays de l’Asie du Sud-Est. Le nombre total des travailleurs nord-coréens s’élèverait à 60.000 voire 100.000, d’après l’estimation des experts.

Un responsable du gouvernement de Séoul a déclaré ce mercredi que «le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a instruit d’‘‘envoyer plus de travailleurs même s’il y en a un ou deux qui prennent la fuite’’ depuis son arrivée au pouvoir. Ainsi, les autorités nord-coréennes ont renforcé leur politique d’envoi de travailleurs à l’étranger, en étendant les secteurs et les régions». «Le volume des envois a été de 20.000 en 2010 alors qu’il est passé à 50.000 ou 60.000 aujourd’hui.»

Ce responsable a expliqué les raisons de l’extension du volume de travailleurs nord-coréens à l’étranger en disant que «la Corée du Nord n’a pas beaucoup de produits à exporter sauf des ressources naturelles et des armes et ses exportations ont subi des difficultés à cause des sanctions internationales. Il semble que le Nord a effectué une percée avec l’envoi de ses travailleurs, un guichet pour obtenir facilement des devises».

Il est à noter que le montant des devises gagnées par le biais du travail des Nord-Coréens à l’étranger semble atteindre 200 millions de dollars chaque année. Alors, il y a une nécessité de mettre un blocus sur l’envoi des travailleurs nord-coréens à l’étranger dans le cadre des sanctions internationales, notamment celles du Conseil de sécurité des Nations unies concernant le 4e essai nucléaire du 6 janvier dernier ou le tir de la fusée nord-coréenne, le 7 février 2016.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page