Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Les gros salaires des conglomérats pourraient bientôt être dévoilés

Actualités 18.02.2016 à 21h25

SEOUL, 18 fév. (Yonhap) -- La Commission de la politique nationale a adopté ce jeudi un projet de loi visant à rendre public les revenus des cinq plus gros salaires des grandes entreprises, qu'ils soient ou non des administrateurs déclarés.

Ces informations devront être publiées au minimum deux fois par an et mises à la disposition du public et des actionnaires. Une période de grâce de deux ans a été décidée afin que les entreprises se préparent à ce changement.

Actuellement, seuls les administrateurs «déclarés» (c'est à dire nommés par les actionnaires) ayant gagné plus de 500 millions de wons (4,06 millions de dollars) par an doivent rendre leur salaire public. Beaucoup de propriétaires de conglomérats abandonnent donc se statut pour éviter d'avoir à publier leurs revenus.

«Si cette révision est approuvée par l'Assemblée nationale en session plénière le 26 février, elle sera inscrite dans la loi et fera que les propriétaires de conglomérats ne pourront pas cacher leurs revenus», selon un observateur anonyme du marché.

Tous les propriétaires de conglomérats n'utilisent pas la faille dans le système pour cacher leurs revenus. «Le président de Hyundai Motor Group Chung Mong-koo et le président du groupe LG Koo Bon-moo sont des administrateurs déclarés et donc leurs revenus sont régulièrement publiés», a ajouté la source.

La Fédération des industries coréennes (FKI), l'Association coréenne des sociétés cotées et l'Association des sociétés cotées au Kosdaq ne voient pas d'un bon œil cette nouvelle décision. «Cela porte atteinte à la vie privée», selon les organisations, qui ont cité des études étrangères montrant que dévoiler les salaires n'améliore en aucun cas la transparence des entreprises ou leur compétitivité.

La révision appelle aussi à publier les ventes à découvert importantes. Le seuil n'a pas encore été décidé mais pourrait être de 0,5% des actions de l'entreprise, selon des sources du secteur de la finance.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page