Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Guerre psychologique : nuits d’insomnie pour les habitants du front

Actualités 21.02.2016 à 10h23

SEOUL, 21 fév. (Yonhap) -- «Difficile de dormir à cause des bruits des haut-parleurs nord-coréens de la guerre psychologique», tel est le témoignage d’habitants de Paju et Yeoncheon dans la province du Gyeonggi, des villes proches de la frontière entre les deux Corées.

La guerre psychologique contre le Nord par le biais des haut-parleurs au front a repris le 8 janvier dernier juste deux jours après le quatrième essai nucléaire nord-coréen mais la Corée du Nord a également répliqué en redémarrant également ses haut-parleurs.

«Depuis la fermeture du parc industriel intercoréen de Kaesong (10 février 2016), les haut-parleurs nord-coréens fonctionnent chaque jour», «cela débute vers 18h et continue jusqu’à l’aube et le bruit empêche les gens de bien dormir», a témoigné Shim Geum-sik, la présidente de l’association des femmes du village de Daeseong-dong situé à l’intérieur de la Zone démilitarisée (DMZ).

Shim a indiqué que «les bruits ne sont pas aussi forts que dans le passé depuis que je suis arrivé dans ce village il y a 40 ans pour le mariage», «notre village était tout de même assez calme mais récemment, nous sommes surpris des fois par les bruits émis par le Nord.»

Le chef d’un autre village, Yoon Jong-won, a aussi témoigné que «le mois dernier, la diffusion radiophonique nord-coréenne a duré pendant six heures tous les jours», «récemment, cela s’est étendu à plus de 10 heures par jour. […] Nous passons des nuits blanches en raison des bruits venant du Nord à 4 ou 5 heures du matin.»

L’histoire de la guerre psychologique dans les zones frontalières remonte à 1962, l’année où la Corée du Nord a débuté ses émissions par haut-parleurs au front, puis les émissions dans le sens inverse n’ont pas tardé. Après plus de 40 ans de guerre psychologique dans ce «no man’s land», les deux Corées ont convenu en 2004 d’arrêter les émissions par haut-parleurs lors d’un dialogue militaire.

En août 2015, juste après des explosions de mines antipersonnel nord-coréennes dans le secteur sud-coréen de la DMZ, les autorités sud-coréennes ont repris l’opération de guerre psychologique qui a été suspendue encore une fois à l’issue d’un consentement à une réunion de haut niveau, l’accord du 25-Août. Mais cette trêve n’a pas duré longtemps, à cause du essai nucléaire, et la guerre psychologique a repris.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page