Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le Premier ministre accélère sa campagne d’éradication de la corruption

Actualités 22.02.2016 à 14h08

SEOUL, 22 fév. (Yonhap) -- Le Premier ministre Hwang Kyo-ahn a souligné à nouveau ce lundi l'importance du respect du principe du «règne de la loi» afin de «répondre aux actes illégaux par des punitions correspondantes» lors d’une réunion des ministres chargés de l’ordre juridique.

«Le revenu national par habitant stagne à 20.000 dollars depuis 10 ans alors que le niveau de confiance entre les couches sociales est assez bas. Ainsi, le coût à payer pour les conflits sociaux reste très élevé», «ces choses sont largement dues à l’égoïsme collectif, aux pratiques anormales et à la corruption chronique», a détaillé le Premier ministre.

Etaient présents à cette réunion les ministres de la Justice, de la Culture et de l’Intérieur ainsi que les chefs des régulateurs du marché financier et de la Commission de la concurrence. Hwang a souligné que «la logique de la loi doit être ancrée dans la société et non la logique des forces, par intérêt, voire la logique de chicane qui a été amplifiée durant la croissance rapide et compacte».

«Malgré le souci sur le fait que les efforts pour bâtir correctement l’ordre juridique puissent causer une contraction de l’économie, l’établissement correct de l’ordre économique contribuera à inciter la concurrence impartiale et à augmenter la visibilité du marché pour rendre notre économie plus saine», a noté le Premier ministre Hwang.

Dans une allocution et à une conférence de presse tenue le 13 janvier dernier, la présidente Park Geun-hye avait affiché sa volonté ferme de combattre la corruption en disant qu’«il faut que la personne qui a commis des fautes soit punie». Ainsi, le Premier ministre a annoncé l’engagement d’un projet de «vaccination à quatre grands volets».

Park avait par ailleurs noté à une réunion ministérielle tenue le 26 janvier dernier que la Corée du Sud se trouve à la place la plus basse parmi les pays de l’OCDE en matière de règne de la loi et d’indice de corruption. Effectivement, l’indice de perception de la corruption 2015 annoncé par Transparency International, l’organisation mondiale de la société civile pour la lutte contre la corruption, a montré que la Corée du Sud se trouvait à la 37e place parmi 167 pays analysés.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page