Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul : «Accord de paix, c’est nous l’acteur principal»

Actualités 22.02.2016 à 15h12

SEOUL, 22 fév. (Yonhap) -- A la suite d’un rapport du Wall Street Journal (WSJ) datant du 21 février 2016 concernant le consentement pour l’ouverture d’un dialogue entre Washington et Pyongyang en vue d’un accord de paix sur la péninsule coréenne avant le quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier dernier, Séoul a réitéré sa position ce lundi pour une dénucléarisation nord-coréenne d’abord.

Le porte-parole du ministère de l’Unification, Jeong Joon-hee, a fait un commentaire suite au rapport du WSJ ce lundi matin en disant que «le gouvernement accorde la priorité sur le dialogue pour la dénucléarisation». «L’accord de paix n’est pas une question à résoudre entre les Etats-Unis et la Corée du Sud. […] C’est la Corée du Sud qui devra prendre l’initiative en tant qu’acteur principal.»

D’après le rapport du quotidien économique américain WSJ du 21 février, les Etats-Unis ont échangé avec Pyongyang des messages informels sur le dialogue pour un accord de paix proposé par la Corée du Nord l’an dernier.

Une source diplomatique à Washington a souligné qu’«à la fin de 2015, la Corée du Nord a proposé officiellement un dialogue pour un accord de paix, alors les Etats-Unis et la Corée du Nord ont échangé des messages par le biais du canal diplomatique informel».

Cette source a cependant indiqué que «les Etats-Unis ont affiché leur position face à cette demande nord-coréenne en indiquant que les négociations pour la dénucléarisation sont la priorité et que le dialogue sur l’accord de paix doit se tenir après». «Mais la Corée du Nord a refusé et (pour elle) les négociations doivent repartir de zéro.»

La Corée du Nord a tenté de remplacer par un accord de paix l’armistice signé le 27 juillet 1953 entre le représentant des armées des Nations unies, un chef américain et les deux représentants des armées nord-coréennes et chinoises. Sur le papier donc, la péninsule coréenne est théoriquement dans une situation où une guerre s’est arrêtée mais sans fin officielle.

Alors Pyongyang a tenté d’avoir des négociations avec les Etats-Unis afin d’aboutir à un accord de paix entre les pays concernés en écartant les autorités sud-coréennes de ces négociations.

En ce qui concerne le rapport d’un média sud-coréen selon lequel les banques chinoises commencent à geler les comptes nord-coréens, le porte-parole du ministère a répondu que «nous sommes en train de vérifier les faits concernés», en ajoutant que «nous avons tout de même entendu que la Corée du Nord utilise des comptes sous des noms de tiers et effectue des transactions d’argent liquide».

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page