Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Les partis rivaux d'accord pour une nouvelle carte électorale

Actualités 23.02.2016 à 15h44

SEOUL, 23 fév. (Yonhap) -- Les partis rivaux sont parvenus ce mardi à la dernière minute à un accord pour le redécoupage des circonscriptions électorales en vue des élections législatives du 13 avril, selon le président du Parti Saenuri, Kim Moo-sung.

En vertu de cet accord, le nombre de sièges au Parlement sera maintenu à 300 dont 253 feront l'objet d’un vote au suffrage universel direct, en hausse par rapport aux 246 à l'heure actuelle, a précisé aux journalistes Kim.

Le nombre de députés qui seront élus à travers le système de représentation proportionnelle passera donc de 54 à 47, a indiqué Kim. Ces sièges seront alloués aux partis en fonction du nombre de votes qu'ils obtiendront.

Cet accord de dernière minute a été trouvé entre Kim et le président du principal parti d'opposition Minjoo, Kim Jong-in, à juste 50 jours des prochaines élections législatives. Ils ont également convenu d’adopter la nouvelle carte électorale lors de la séance plénière du 26 février prochain.

Les partis politiques devaient redessiner les circonscriptions électorales comme la Cour constitutionnelle a jugé l'actuelle carte électorale inconstitutionnelle du fait de la représentation disproportionnée.

Les partis rivaux se sont en outre mis d’accord pour adopter un projet de loi destiné à améliorer les droits de l'Homme en Corée du Nord. Le projet de loi appelle à la création d'un centre chargé d'enquêter sur la situation des droits de l'Homme de l’autre côté de la frontière intercoréenne et de collecter des archives.

Le président de l'Assemblée nationale, Chung Ui-hwa, compte user de son autorité pour soumettre un projet de loi antiterroriste à un vote lors de la séance plénière ce mardi, selon un officiel du Parlement.

«Le président de l'Assemblée nationale pense qu'il y aura un "état d'urgence" si le projet de loi antiterroriste n'est pas adopté au Parlement malgré des informations détaillées sur les menaces terroristes de la Corée du Nord», a expliqué un officiel sous couvert d'anonymat.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page