Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

«Paroles provocatrices intolérables» pour le Sud contre «frappes préemptives» du Nord

Actualités 24.02.2016 à 10h15

SEOUL, 24 fév. (Yonhap) -- Face à la menace verbale de la Corée du Nord d’hier à travers un communiqué de ses armées mentionnant même des «frappes préemptives» contre la Maison-Bleue, Cheong Wa Dae a répliqué ce matin qu’«il s’agit de paroles provocatrices intolérables».

Le porte-parole de la Maison-Bleue, Jeong Yeon-guk, a prévenu que «toutes les situations qui arriveront relèveront entièrement de la responsabilité de la Corée du Nord». Hier, le commandement suprême du front nord-coréen a annoncé un communiqué de «grande importance» visant les exercices militaires conjoints sud-coréano-américains Key Resolve et Foal Eagle.

Dans ce communiqué, la Corée du Nord a désigné la Maison-Bleue comme la cible numéro un de «frappes préemptives» en disant «nous entameront des opérations préemptives de justice si les forces spéciales et les équipements d’opération de l’ennemi qui ont été mobilisés pour soi-disant une attaque chirurgicale et une opération de décapitation effectuent un tout petit mouvement».

Le porte-parole de la Maison-Bleue a par ailleurs dit à propos de la situation actuelle au Parlement concernant la présentation du projet de loi antiterroriste et le blocus instauré par l’opposition qu’«actuellement la Corée du Nord mentionne ouvertement des actes terroristes contre des installations importantes du Sud et des cyberattaques». «Il faut que le Parlement prenne en considération de manière prioritaire la sécurité du peuple.»

Les députés de l’opposition exercent depuis longtemps à l’Assemblée nationale un blocus sur le vote en vue de l’adoption de ce projet de loi qui a été soumis hier par le président du Parlement à une assemblée générale pour le vote par le pouvoir législatif. L’opposition critique le projet de loi car elle estime qu’il accorde trop de pouvoir au Service national du renseignement (NIS) et les députés d’opposition prennent tour à tour la parole sur place depuis hier soir, une action légale pour faire obstruction à l’adoption de ce projet de loi.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page