Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul cherche à réduire le taux de suicide de 27,3 à 20 pour 100.000

Actualités 25.02.2016 à 14h01

SEOUL, 25 fév. (Yonhap) -- Lors d’une réunion servant à moduler la politique nationale dirigée par le Premier ministre Hwang Kyo-ahn, une mesure générale pour la santé mentale publique a été prise avec comme objectif de faire baisser le taux de suicide du pays de 27,3 à 20 pour 100.000 habitants d’ici 2020 en considération du fait que les maladies mentales ont un lien fort avec le taux de suicide très élevé.

Le taux de suicide s’est élevé en Corée du Sud à 31,7 pour 100.000 en 2011 puis 28,5 en 2013, ce qui fait du pays le plus affecté parmi les 34 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Des études menées en 2011 sur les maladies mentales ont montré que 24,7% des Sud-Coréens ont été touchés par des symptôme d’une maladie mentale, comme des sentiments d’angoisse, des troubles psychologiques, la dépendance à l’alcool, etc. D’après la mesure générale fixée aujourd’hui, les gens pourront consulter des médecins généralistes pour leurs problèmes mentaux au lieu d’aller directement chez un psychiatre.

Un compte-rendu se penchant sur 121 cas de suicide, publié le mois dernier par le ministère de la Santé a révélé que 28,1% des morts avaient fréquenté un médecin généraliste pour des troubles du sommeil et des symptômes physiques, dont la colique, avant leur suicide.

Le gouvernement cherchera l’an prochain à réduire les dépenses des malades se rendant chez les psychiatres en modifiant le système d’assurance maladie. D’ailleurs, une commission pour juger la pertinence des hospitalisations sera créée dans cinq hôpitaux psychiatriques afin de réduire le nombre d’hospitalisations imposées et de garantir le droit à l’auto-décision des patients atteints d’une maladie mentale chronique.

Cette mesure gouvernementale a été prise à la vue de l’accroissement des coûts sociaux liés aux suicides, dépressions et intoxications. Le ministère de la Santé a noté que «la mesure générale vise à renforcer les compétences sociales pour détecter rapidement les maladies mentales et offrir une vie normale aux malades le plus vite possible».

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page