Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Sanctions de l'ONU : inspections obligatoires sur tous les cargos entrant et sortant du Nord

Actualités 26.02.2016 à 07h43

NEW YORK/WASHINGTON, 25 fév. (Yonhap) -- La série de sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies contre la Corée du Nord appelle à des inspections obligatoires sur tous les cargos entrant et sortant du pays communiste, a fait savoir ce jeudi l'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU, Samantha Power.

En présentant les points clés de l’ébauche de la résolution, l'ambassadrice américaine a expliqué que les nouvelles sanctions interdiront la vente de kérosène à Pyongyang, y compris de carburant de fusée, placeront sur liste noire 17 personnes et 12 entités nord-coréennes et restreindront le commerce d'or, de titanium et de terres rares de la Corée du Nord.

«Ces sanctions, si elles sont adoptées, enverront un message sans ambiguïté et inflexible au régime de la RPDC (République populaire démocratique de Corée) selon lequel le monde n'acceptera pas votre prolifération. Il y aura des conséquences de vos actions et nous travaillerons sans cesse et ensemble pour arrêter votre programme nucléaire», a déclaré aux journalistes Power.

«Si elles sont adoptées et mises en place pleinement, ces sanctions constitueront une montée de pression majeure par rapport aux précédentes actions que le Conseil a prises contre la RPDC. Elles ont un champ large et ciblent davantage les points de pression», a-t-elle noté.

Power a tenu ces propos après qu'elle a officiellement présenté l'ébauche de la résolution lors d'une réunion du Conseil de sécurité. Hier, les Etats-Unis et la Chine sont parvenus finalement à un accord sur l'ébauche après plus d'un mois de négociations acharnées afin d'aplanir leurs divergences sur le degré des sanctions à imposer à Pyongyang pour ses derniers tests nucléaire et balistique.

Les nouvelles sanctions devraient donc mettre le Nord en difficulté pour s’assurer des fonds, importer des technologies et acquérir du savoir-faire afin de faire avancer ses programmes nucléaire et balistique illicites, a expliqué Power.

«La RPDC a progressivement avancé vers son objectif déclaré de développer des missiles balistiques intercontinentaux dotés d’ogives nucléaires», a-t-elle fait observer. «La communauté internationale ne laissera pas le régime de la RPDC atteindre cet objectif. Les Etats-Unis feront en sorte que cela ne se produise pas.»

Elle a toutefois clairement noté que les sanctions ne visaient pas le peuple nord-coréen.

«Le peuple nord-coréen souffre déjà trop sous l’un des régimes les plus cruels que le monde n'ait jamais connu. A la place, la résolution se focalise sur l'élite dirigeante qui a infligé tant de souffrances en privilégiant toujours les programmes nucléaire et balistique au détriment du bien-être de son peuple», a-t-elle martelé.

Power a également déclaré que les Etats-Unis et leurs partenaires continueraient à poursuivre des «sanctions rigoureuses et inflexibles» tant que le Nord poursuivra des armes nucléaires.

«Nous avons vu combien des sanctions fermes peuvent changer les ambitions nucléaires dangereuses d'un gouvernement», a-t-elle dit. «Il est désormais temps d'utiliser cet outil vis-à-vis de la RPDC et nous sommes impatients de travailler avec le Conseil pour mettre en place des sanctions globales, fermes et sans précédent contre le régime de la RPDC.»

Après le quatrième essai nucléaire que le Nord a effectué le 6 janvier, le Conseil de sécurité avait promis d'adopter des sanctions importantes mais n'avait pas pu le faire en raison de la réticence de la Chine.

Sur fond d'impasse, le Nord a défié à nouveau le Conseil de sécurité avec le lancement d’une fusée à longue portée destiné à tester ses technologies balistiques le 7 février.

Pékin a condamné les tests nucléaire et balistique du Nord mais s'est montré réticent à l'idée d'infliger une réponse ferme. Des experts estiment depuis longtemps que Pékin craint qu’une pression extrême sur Pyongyang n'entraîne son effondrement et l'instabilité dans des zones frontalières avec la Chine et à terme l'émergence d'un pays pro-américain.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page