Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) Les tensions persistent entre Busan et le comité d’organisation du BIFF

Actualités 26.02.2016 à 17h45

SEOUL, 26 fév. (Yonhap) -- L'assemblée générale du Festival international du film de Busan (BIFF) n'est pas parvenue ce jeudi concilier les différences entre le comité d'organisation et la ville de Busan, jetant une ombre sur l'avenir de l'événement.

Peu avant la réunion de l’assemblée générale, le comité a publié un communiqué, signé par 106 personnes de l'industrie du film, demandant que les réglementations du comité soient amendées pour redonner au festival du film «indépendance et autonomie», lesquelles ont selon lui été endommagées en septembre 2014 lorsque le retrait d'un documentaire avait été demandé par la ville de Busan.

À cette époque, Suh Byung-soo, le maire de Busan, qui finance environ la moitié du budget annuel du festival du film, avait demandé au comité d'abandonner la projection de «The Truth Shall Not Sink with Sewol», ce que le comité avait refusé. Le documentaire critique le gouvernement sud-coréen pour sa réponse inadaptée juste après le naufrage du ferry Sewol, au large de la côte sud-ouest de Jindo. Le naufrage a coûté la vie à 300 victimes, des lycéens pour la plupart.

Les membres du comité ont demandé jeudi la tenue d'une session extraordinaire afin de discuter de l'extension du mandat du directeur exécutif du festival Lee Yong-kwan, qui prend fin vendredi. Si Lee démissionne, la co-directrice Kang Soo-youn, actrice chevronnée, deviendra l'unique directrice du festival. Le maire, qui a présidé l'assemblée générale, a cependant dit que cette décision doit appartenir au groupe de travail de la ville qui sera prochainement créé. Le comité a rejeté la position de l'élu, déclarant qu’une session extraordinaire peut être organisée si un tiers des 125 membres le désire.

Le maire s'est ensuite empressé de déclarer la réunion terminée et a quitté la salle de réunion, laissant derrière lui un comité en colère et déçu.

Ce n'est pas la première fois que la ville et le comité d'organisation du festival s'affrontent.

Face aux pressions grandissantes pour résoudre cette crise, le maire a proposé la semaine dernière de renoncer à sa position de président du Festival international du film de Busan.

Le comité a déclaré jeudi que «les nouvelles réglementations du comité doivent être écrites de façon à ce que le BIFF puisse être complètement à l'abri de l'influence du gouvernement de la ville de Busan.»

Malgré ces disputes internes, environ 300 films de 70 pays seront projetés au cours de l'édition de cette année du festival, qui se tiendra à partir du 6 octobre pendant 10 jours. Quelque 230.000 visiteurs y sont attendus, un nombre similaire à l'année dernière.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page