Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) Séoul réaffirme la solidité de ses liens économiques avec la Chine malgré les tensions

Actualités 28.02.2016 à 16h12

SHANGHAI, 28 fév. (Yonhap) -- Le ministre des Finances Yoo Il-ho s’est voulu rassurant quant à la solidité des liens économiques entre la Corée du Sud et la Chine au cours de son voyage en Chine où il a assisté au G20 des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales, dans un contexte de tensions entre Séoul et Pékin autour de l’éventuel déploiement en Corée du Sud du système de défense antimissile américain THAAD.

Certains investisseurs craignent que la Chine prenne des mesures de représailles économiques si le THAAD est installé en Corée du Sud. La Chine est le premier partenaire commercial de Séoul.

Le ministre des Finances a rencontré vendredi le gouverneur de la banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan, avec lequel il a décidé d’ouvrir avant le mois de juin à Shanghai un marché d’échange direct won-yuan.

A Séoul, le marché d’échange direct won-yuan a ouvert en décembre 2014, avec un volume d’échanges quotidien moyen d'environ 2,26 milliards de dollars en novembre.

Yoo et Zhou ont également convenu de débuter les négociations officielles en vue de prolonger l'accord bilatéral de swap de devises, qui prendra fin en octobre 2017.

Le ministre s’est entretenu le lendemain avec son homologue chinois Lou Jiwei en marge de la conférence du G20. Les deux hommes ont réaffirmé la solidité de la coopération économique entre les deux pays, malgré le climat économique incertain et les risques géopolitiques grandissants.

«La coopération économique bilatérale reste solide et se renforcera à l’avenir», a déclaré Yoo au cours de sa rencontre avec le ministre chinois. Les deux hommes ont convenu de consolider la coordination de leurs politiques économiques afin de lutter contre la faible croissance et faire face aux récentes turbulences économiques.

Pour Yoo, le monde de l’économie est distinct du monde politique. «Le son de cloche venu du monde politique est différent, mais la politique est la politique et l’économie est l’économie», a dit le ministre devant des journalistes après la réunion du G20. «Lou et moi-même pensons que la coopération économique entre la Corée du Sud et la Chine sera plus solide à l’avenir.»

Certains lui ont rappelé l’interdiction prononcée par la Chine sur les importations de téléphones portables sud-coréens en représailles des mesures protectionnistes de Séoul sur l’ail chinois. «Au cours de ma réunion avec les représentants chinois, je n’ai pas eu l’impression que la Chine allait mettre en place de telles barrières non tarifaires comme elle l’a fait en 2000», a noté Yoo.

La Corée du Sud ressent les effets du ralentissement de l’économie chinoise, ses exportations vers la Chine ayant chuté en janvier de près de 19% à l’année, et devraient baisser encore davantage en février.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page