Go to Contents Go to Navigation

Des exercices militaires de grande envergure débuteront demain

Actualités 06.03.2016 à 10h06

SEOUL, 06 mars (Yonhap) -- Deux exercices militaires conjoints de grande envergure entre les armées de la Corée du Sud et des Etats-Unis débuteront demain avec la mobilisation de moyens stratégiques importants, notamment le bombardier furtif B-2, face aux récentes provocations nord-coréennes.

Un responsable des autorités militaires a noté ce dimanche que «les exercices militaires Key Resolve et Foal Eagle se dérouleront du 7 mars jusqu’au 30 avril prochain», «il s’agit des exercices dont le volume est le plus important par rapport aux exercices précédents, y compris ceux qui se sont déroulés en 2010 juste après le naufrage du Cheonan.»

Pour ces exercices de taille, quelque 15.000 soldats américains stationnés en Corée du Sud et de l’étranger ainsi que 300.000 soldats sud-coréens participeront. Côté américain, une brigade de combat aérien, une brigade mobile de Marines, le porte-avions USS John Stennis (CVN-74), un sous-marin à propulsion nucléaire et un avion ravitailleur prendront part aux exercices.

Key Resolve, des exercices de simulation de guerre effectués aux postes de commande (CPX), se déroulera à partir d’ordinateurs sur l’hypothèse d’une invasion nord-coréenne afin de répéter le déploiement des forces de renforcement et les tactiques de répliques selon différents scénarios.

Pour la première fois de son histoire, Key Resolve appliquera «le projet d’opération 5015 qui autorise les attaques préemptives contre les sites nucléaires et de missiles», d’après les explications du responsable des autorités militaires. «L’année dernière, durant les exercices militaires Ulchi Guardian Freedom, le plan d’opération 5015 a été appliqué mais pour Key Resolve, ce sera la première fois», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, des exercices des marines des deux pays se dérouleront en parallèle de demain jusqu’au 18 mars prochain, sous le nom de Ssangyong (double dragon en coréen) en mobilisant quelque 3.000 Marines et 2.000 marins sud-coréens puis 7.000 Marines américains avec une escadre MPSS (Maritime Prepositioning Ship Squadrons) qui est déjà arrivée.

Durant ces exercices militaires d’une taille sans précédent, les autorités militaires des deux pays ont renforcé leur capacité de surveillance et d’analyse des renseignements avec le soutien de satellites militaires et d’avions de reconnaissance.

Face à ces exercices au Sud, le Commandement suprême de la Corée du Nord a annoncé un communiqué de «grande importance», le 23 février dernier, désignant la Maison-Bleue comme la cible numéro un des «frappes préemptives». Le communiqué a ajouté que «nous entamerons des opérations préemptives de justice» en cas de signe de tout petit mouvement d’attaque par les forces spéciales et les équipements d’opération de l’ennemi.

De plus, le 3 mars dernier, le média officiel nord-coréen a rapporté que Kim Jong-un, lors d’une inspection d’exercices de tir au lance-roquettes multiple, a instruit d’«être prêt à tirer une tête nucléaire pouvant être déployée à n’importe quel moment».

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page