Go to Contents Go to Navigation

Succès des brochettes de mouton auprès des jeunes coréens

Actualités 27.06.2016 à 11h36

SEOUL, 27 juin (Yonhap) -- Les brochettes de mouton qui se vendent depuis les années 90 seulement dans une poignée de quartiers à forte concentration de Chinois sont appréciées aujourd’hui par un grand nombre de Sud-Coréens à travers tout le pays.

Le succès dont jouit actuellement ce mets chinois au pays du Matin-Calme doit beaucoup à Xu Longkui, patron de la franchise Megak qui compte aujourd’hui 21 restaurants dans le pays.

Cet homme d'affaires chinois d'origine coréenne a accordé une interview le 24 juin dernier à l’agence de presse Yonhap au cours de laquelle il a cité comme recette du succès de la chaîne le «développement de menus adaptés à la clientèle sud-coréenne».

Après son arrivée à Séoul en 1999, il s’était lancé dans la restauration chinoise et le quatrième restaurant qu’il avait ouvert en 2009 avait connu un grand succès avec un chiffre d’affaires mensuel de 40 millions de wons (33.700 dollars).

Alors qu’il cherchait à développer de nouveaux menus qui distingueraient son restaurant pour accroître davantage le chiffre d’affaires, Xu s'est aperçu du potentiel des brochettes de mouton. «En 2010, je suis allé dans un restaurant de brochettes de mouton à Dongdaemun pour dîner avec des amis chinois et j’ai été très surpris de voir autant de Coréens dans ce restaurant. Je pensais que le mouton était une viande peu familière des Coréens mais c’était faux», a-t-il confié.

Il a depuis soigneusement préparé le lancement d’un nouveau restaurant proposant à la fois des brochettes de mouton et des plats chinois. Il a choisi de la viande ovine australienne de six mois d’âge et l’assaisonne avant de la griller. Il a également développé une sauce particulière dans laquelle on trempe les morceaux de mouton grillé.

Xu a ensuite ouvert son premier restaurant Megak près de l’université de Corée et non dans un quartier chinois.«J’ai ciblé les Sud-Coréens comme ma principale clientèle. J’ai voulu m’aventurer dans un quartier très fréquenté par les jeunes coréens. Aujourd’hui, 99% de nos clients sont des Coréens et les deux premiers restaurants Megak près de l’université de Corée génèrent ensemble un chiffre d’affaires annuel de 2,5 milliards de wons», a-t-il dit.

«Des franchises qui ont récemment ouvert leurs portes dans plusieurs villes dont Busan trouvent aussi de bons échos. Je vise désormais à ouvrir le 200e restaurant dans trois ans», a-t-il noté en promettant de continuer à développer de nouveaux menus pour répondre aux goûts changeants des clients.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page