Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Les Etats-Unis confirment que le missile Musudan du Nord a atteint l'espace

Actualités 28.06.2016 à 16h47

WASHINGTON/SEOUL, 28 juin (Yonhap) -- Le missile balistique de portée intermédiaire Musudan tiré le 22 juin dernier a atteint l'espace et est ensuite revenu dans l'atmosphère de la Terre lors de la sixième tentative de la Corée du Nord, a confirmé ce lundi le porte-parole du Pentagone Jeff Davis, en ajoutant que ce lancement peut donc être considéré comme un succès.

«Nous avons vu le lancement de missile. Nous avons vu qu'il est monté dans l'espace, est revenu et a parcouru la distance de 250 miles (402,336 km). Si c'était leur intention, c'est un succès», a déclaré Davis à des journalistes.

«Mais c'était vraiment un test, ils connaissent les paramètres et seulement eux peuvent dire si le tir a atteint l’objectif ou non», a-t-il noté. C'est probablement la première fois que les Etats-Unis confirment la performance d’un lancement de missile du Nord.

«De notre point de vue, cela nous rappelle l'importance de nos alliances avec le Japon et la Corée du Sud pour assurer que nous pouvons travailler correctement ensemble pour nous défendre contre tous les genres de missiles, non seulement ceux de portée intermédiaire mais aussi ceux pouvant menacer potentiellement notre territoire», a dit Davis.

Le tir a également rappelé «la raison pour laquelle nous avons besoin de continuer à faire pression sur la Corée du Nord pour qu’elle respecte les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) et ses obligations en vertu des résolutions du Conseil et soit une bonne voisine dans la région», a noté le porte-parole du Pentagone.

L'officiel a aussi souligné que les Etats-Unis sont prêts à contrer les menaces balistiques du Nord, alors qu'ils font toujours des efforts pour tenter de les maîtriser. «Avant le test de ce système par le Nord, nous avons déjà fait des choses pour nous assurer que nous sommes positionnés dans la région. Nous avons une coopération Aegis avec le Japon. Nous avons des radars TPY-2. Nous avons placé des intercepteurs en Alaska et à Hawaï. Nous avons le système THAAD à Guam. Nous nous assurons d’avoir la maîtrise de cette menace constamment», a-t-il ajouté.

Pour commenter l'estimation du Pentagone, le porte-parole du ministère de la Défense de Séoul, Moon Sang-gyun, a dit que le dernier lancement de missile de la Corée du Nord ne signifie pas que le Nord s’est assuré une technologie de rentrée dans l'atmosphère de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

A la question de savoir si le missile tiré ou sa charge est revenu dans l'atmosphère terrestre, Moon a indiqué qu'une analyse conjointe entre la Corée du Sud et les Etats-Unis est encore en cours sur la question.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page