Go to Contents Go to Navigation

Sondage : les défections de diplomates nord-coréens contribueront à l'effondrement du régime

Actualités 05.12.2016 à 11h47
ⓒ Yonhap News TV

SEOUL, 05 déc. (Yonhap) -- Près de huit transfuges nord-coréens sur 10 pensent que les défections de diplomates nord-coréens dont l’ancien numéro deux de l’ambassade de Corée du Nord à Londres, Thae Yong-ho, précipiteront l’effondrement du régime nord-coréen, a montré ce lundi un sondage réalisé par North Korea Intellectuals Solidarity (NKIS) du 13 octobre au 8 novembre auprès de 400 transfuges nord-coréens installés au Sud.

A la question de savoir si les défections d'officiels de missions diplomatiques nord-coréennes à l’étranger auront une influence sur le régime, 78,5% des interrogés ont répondu par l’affirmative.

Concernant les meilleurs moyens d’inciter les hauts responsables nord-coréens à faire défection, les sondés ont cité la garantie d’une carrière professionnelle et d’une éducation à la personne concernée et à ses enfants (40,5%), le versement d’une récompense pour des renseignements fournis (27,3%), une amnistie pour les crimes et délits commis en Corée du Nord (15%) et une nomination à un haut poste après l’unification (8%).

En outre, le complexe industriel de Kaesong qui a été fermé en février dernier suite au lancement d’une fusée à longue portée par la Corée du Nord évoque pour 57% des sondés un moyen de gagner des devises étrangères, pour 18,5% une contribution au développement de l’économie après l’unification et un comptoir de coopération économique intercoréenne (16,8%).

Plus de la moitié des sondés (54,4%) ont soutenu la décision de Séoul de fermer le complexe industriel intercoréen et 89% se sont montrés partisans de l’armement nucléaire du Sud.

Par ailleurs, 51,7% des personnes interrogées ont répondu avoir envoyé de l’argent à des membres de leur famille au Nord. Plus précisément, 47,8% d’entre eux ont envoyé environ 1.000 dollars par an, 26,5% 2.000 dollars, 14,2% 3.000 dollars et 7% 4.000 dollars.

A la question de savoir à qui revient la responsabilité des tensions intercoréennes actuelles, 53% des sondés ont désigné la Corée du Nord, puis les Etats-Unis (22%), la Chine (16%) et la Corée du Sud (6%).

De même, 62% des participants à l’enquête ont répondu ne pas s’attendre à un changement dans les relations intercoréennes dans un avenir proche.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page