Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Scandale Choi : le procureur indépendant tente de perquisitionner le bureau présidentiel

Actualités 03.02.2017 à 10h23
Le bureau présidentiel Cheong Wa Dae (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 03 fév. (Yonhap) -- L’équipe dirigée par le procureur indépendant Park Young-soo est arrivée ce vendredi au bureau présidentiel Cheong Wa Dae pour procéder à une perquisition d'une ampleur sans précédent de Cheong Wa Dae dans le cadre de son enquête sur le scandale de trafic d’influence et de corruption impliquant la présidente Park Geun-hye et son amie de 40 ans Choi Soon-sil.

L’équipe cherche à s’assurer des preuves matérielles afin d'éclaircir diverses allégations avant un interrogatoire en face à face de la présidente qui devrait avoir lieu plus tard ce mois-ci. La Cour centrale du district de Séoul a délivré hier soir un mandat de perquisition concernant le bureau présidentiel.

C’est la première fois que l’équipe tente une perquisition du bureau présidentiel depuis l’ouverture de son enquête en décembre dernier.

Les procureurs cherchent en effet à perquisitionner la salle médicale et les bureaux du service de sécurité, du secrétaire général et des conseillers chargés des affaires civiles et de la coordination des politiques qui sont liés aux allégations, notamment celles concernant l’établissement d’une liste noire de personnalités du monde culturel et les allées et venues sans autorisation du personnel médical officieux.

Cela dit, il reste à voir si l'équipe pourra réellement entrer dans l'enceinte comme le bureau présidentiel a affiché une nouvelle fois son intention de ne pas l’en autoriser, invoquant des raisons de sécurité.

Les procureurs de la République qui ont transmis le dossier au procureur indépendant avaient tenté l'année dernière de perquisitionner le bureau deux fois mais avaient été bloqués par le bureau présidentiel. A la place, celui-ci avait remis des dossiers demandés par les procureurs sur une base volontaire.

En vertu du code de procédure pénale, les installations militaires et les autres zones traitant des informations confidentielles, dont fait partie le bureau présidentiel, ne peuvent être perquisitionnés sans autorisation de la personne en charge des locaux. Cela dit, la loi interdit aussi à cette personne de refuser sauf si les intérêts nationaux sont menacés.

L’équipe et le bureau présidentiel sont actuellement en discussion sur le calendrier et la manière de procéder à l’interrogatoire de Park qui attend la décision de la Cour constitutionnelle sur la motion de destitution à son encontre. Elle est accusée d’avoir laissé son amie s’immiscer dans les affaires de l’Etat. Choi aurait tiré des bénéfices personnels en usant de ses liens avec la présidente.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page