Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Tir de missile nord-coréen : l’Europe durcit davantage le ton de sa condamnation

Actualités 13.02.2017 à 09h27
Musudan (Hwasong-10)

PARIS/SEOUL, 13 fév. (Yonhap) -- L’Union européenne (UE), la France, l’Italie et l’Allemagne n’ont pas tardé à émettre leur message de condamnation après le tir de missile balistique de la Corée du Nord hier matin à 7h55 (heure de Séoul) depuis la région de Panghyon vers la mer de l’Est.

Le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) a immédiatement publié un communiqué du porte-parole condamnant l’acte de la Corée du Nord et le jugeant comme «une autre violation des multiples résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, incluant la résolution 2321 adoptée en novembre 2016».

«L’ignorance complète et répétée de ses obligations internationales par la Corée du Nord est provocatrice et inacceptable. La Corée du Nord doit arrêter tous les tirs appliquant la technologie balistique et abandonner ses programmes du missile balistique d’une manière complète, véritable et irréversible», a indiqué le porte-parole du SEAE dans son communiqué publié dans l’après-midi du 12 février (heure de Bruxelles).

L’UE a appelé la Corée du Nord à «arrêter les actions qui remontent les tensions et réengager le dialogue crédible et significatif avec la communauté internationale, en particulier les pourparlers à six».

Kim Jong-un à un lancement

Du côté de la France, fidèle alliée de la Corée du Sud en Europe, son ministère des Affaires étrangères a émis une déclaration dimanche condamnant le tir de missile de la Corée du Nord. Le corps diplomatique de la France a jugé l’acte nord-coréen comme «une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies» et a estimé que «la sécurité (en Asie-Pacifique) est menacée par le programme nucléaire et balistique nord-coréen».

La France a appelé la communauté international à «s’unir et agir sans délai pour empêcher la Corée du nord de disposer d’un arsenal nucléaire opérationnel». Elle a par ailleurs déclaré qu’elle coopérerait avec «tous les Etats concernés, en particulier avec les membres permanents du Conseil de sécurité ainsi que le Japon et la Corée du Sud», «pour bâtir une réponse ferme et déterminée».

Dans cette déclaration, la France a réitéré l’action concrète à mener afin de contrer l’ambition balistique et nucléaire de Pyongyang, notamment «par le renforcement de la mise en œuvre par tous les Etats des résolutions 2270 et 2321» et «par l’adoption de nouvelles mesures restrictives par l’UE».

A chaque provocation nord-coréenne, la France, pays qui a combattu sous les couleurs de l’ONU aux côtés de la Corée du Sud lors de la guerre de Corée (1950-1953) et pays membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, n’a jamais tardé à condamner par plusieurs biais de communication.

Les ministères des Affaires étrangères de l’Italie et de l’Allemagne ont également publié, le même jour, un communiqué condamnant ce tir de missile balistique nord-coréen et appelant à l’arrêt des provocations et au respect des résolutions onusiennes.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page