Go to Contents Go to Navigation

(2e LD) NIS : Kim Jong-nam a été empoisonné en Malaisie

Actualités 15.02.2017 à 15h40
Des citoyens regardent un rapport télévisé sur l'assassinat de Kim Jong-nam, à la gare de Séoul

SEOUL, 15 fév. (Yonhap) -- Le Service national du renseignement (NIS) a indiqué ce mercredi que Kim Jong-nam, le demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a été empoisonné en Malaisie.

Le directeur du NIS, Lee Byung-ho, a déclaré à des députés que, au cours des cinq dernières années, la Corée du Nord avait tenté d’assassiner Kim Jong-nam, qui était sous la protection du gouvernement chinois.

Des sources avaient déclaré plus tôt que Kim a été tué lundi à l'aéroport international de Kuala Lumpur lors d’une attaque par deux femmes.

Durant une réunion avec le comité du renseignement du Parlement, Lee a confirmé que Kim a été tué par un poison, mais il reste à vérifier s'il a été tué par une aiguille empoisonnée, une piqûre ou encore un spray chimique.

L'agence a dit avoir pris connaissance de l'assassinat trois ou quatre heures plus tard. Kim était à l'aéroport pour prendre un avion à destination de Macao quand il a demandé de l’aide à un employé après avoir été attaqué par deux femmes «asiatiques». Kim est décédé lors de son transport vers un hôpital.

Le directeur du Service national du renseignement, Lee Byung-ho

Les autorités malaisiennes supposent que Kim a été empoisonné. Les détails seront dévoilés après une autopsie. Le NIS a dit que les suspectes sont probablement toujours en Malaisie. «Il y avait également eu une (tentative d'assassinat) en 2012», a dit Lee, selon le député Kim Byung-kee du Parti Minjoo de Corée.

Lee a également dit que la dernière action du Nord est apparemment basée sur le «trouble délirant» de Kim Jong-un, et non un calcul d’après lequel son demi-frère serait une menace pour le régime.

Le chef du NIS a aussi indiqué aux députés que Kim Jong-nam avait envoyé une lettre au dirigeant nord-coréen en 2012, demandant à son frère d'épargner sa vie et celle des membres de sa famille. La première femme de Kim Jong-nam est à Pékin à l'heure actuelle avec un fils, tandis que sa deuxième femme vit à Macao avec un fils et une fille. Tous sont actuellement sous la protection des autorités chinoises.

Le fils à Macao est Kim Han-sol, qui a fait des études sur le campus du Havre de Sciences Po, en France. Il avait dit lors d'une interview accordée à une chaîne de télévision finlandaise en 2012 qu'il souhaite l'unification des deux Corées et améliorer la vie des personnes ordinaires en Corée du Nord contrôlée par son oncle.

L'agence a ajouté que Kim Jong-nam n'a jamais demandé l'asile en Corée du Sud et il n'y avait aucun effort en Corée du Nord pour le placer en tant que leader.

Kim Jong-nam à Pékin le 11 février 2007 (AP=Yonhap)

Le ministère de l'Unification a également déclaré que Kim aurait été assassiné par des agents nord-coréens. «La police malaisienne mène actuellement une enquête sur le meurtre et Séoul coopère étroitement avec le gouvernement de la Malaisie», a indiqué le porte-parole du ministère de l'Unification, Jeong Joon-hee.

Des experts disent que Kim a été assassiné parce que le leader cherche à renforcer le règne de la terreur avec l’élimination des éventuels rivaux. Kim Jong-nam, le fils aîné de l'ancien leader du Nord, Kim Jong-il, vivait à l’étranger depuis plus d'une décennie après être tombé en disgrâce suite à une tentative manquée en 2001 d’entrer au Japon avec un passeport falsifié.

Il était critique envers la succession du pouvoir à son frère. En 2010, Kim Jong-nam avait dit sur la chaîne japonaise TV Asahi qu'il était «contre la succession de la troisième génération». Il avait tout de même déclaré qu’il souhaitait que Kim Jong-un fasse de son mieux pour améliorer la vie des Nord-Coréens et qu'il était prêt à l’aider depuis l'étranger.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page